•  

    Bonsoir à Toutes et à Tous,


    Nous avons l’immense joie de vous informer que lors de son assemblée plénière du 27 juin 2014, au sujet de la deuxième décharge du département, au vallon des Parrines, le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur demande au Préfet des Alpes de Haute Provence de surseoir à statuer dans l’attente d’une nouvelle expertise de ce dossier en concertation avec les services de la Région.


    Cette motion a été votée par le groupe EELV ainsi que le groupe UMP, le groupe socialiste n’ayant pas souhaité prendre part au vote, Monsieur Jean Yves Roux (maire du Brusquet, vice président du Conseil Général du 04, vice président du Conseil Régional PACA, candidat aux sénatoriales) ayant quitté l’hémicycle avant…. Pour ne pas avoir à se prononcer !


    Le Front de Gauche a été le seul à voter contre cette motion.


    Voici le lien pour suivre les débats:

    http://tv.regionpaca.fr/index.php/page/conseil


    Associativement vôtre;


    Le bureau 


    Qualité de la Vie en Haute Provence (association loi 1901)
    Adresse courrier : 13 Rue Paul Gauguin - 04600 SAINT AUBAN   
    Email : qvhp04@gmail.com Site: www.qualitedevie04.fr Tél : 06.83.32.61.18 / 06.61.00.21.00

     


  • Mille etune feuilles - QVHP

    CHÂTEAU-ARNOUX   St AUBAN

    Mardi 4 Mars

    18h30

    Salle immeuble communal (Poste)

    Conférence et Témoignage de Daniel PIERI

    riverain de la décharge de SEPTEMES les VALLONS

    Entée libre

     


  •  

    Les Associations :

    Mille et une Feuilles, Qualité de Vie en Haute-Provence,

    Sauvegarde des Parrines, La Cistude, Volontés Citoyennes et Objectifs Nature en Haute-Provence


    Vous invitent, à venir découvrir

    l’évolution de la nature et de la vie,

    à travers un paysage remarquable.

     

    sur le site des PARRINES

     

    Rassemblement au Rond-Point des planeurs à Saint Auban

      ICI  

     

    à Château-Arnoux-Saint-Auban 
    dimanche 9 mars 2014 de 10h à 13h.

    Un apéritif sera offert à l'issue de la matinée et, suivant le temps

    un repas tiré du sac sera partagé en toute convivialité...

     

    Nous vous espérons très nombreux à venir vous informer et découvrir ce site pour y remarquer ses richesses et pour un autre regard sur un lieu qui ne mérite pas qu'on le défigure !

    Rendez-vous au rond-point des planeurs à Saint Auban pour pouvoir se garer.

    Si vous ne pouvez vous déplacer, merci d'envoyer à la mairie ou à une des associations organisatrices qui s'en chargera,vos arguments contre la décharge, soit sur papier libre, soit avec un des imprimés en pièce jointe par mail ou par courrier.

    Ce geste citoyen est essentiel pour l'avenir

     

     

     

    Q.V.H.P.

     

    Qualité de la Vie en Haute Provence (association loi 1901)
    Adresse courrier : 13 Rue Paul Gauguin - 04600 SAINT AUBAN
    Email : qvhp04@gmail.com
    Tél : 06.83.32.61.18 / 06.61.00.21.00




  • Bonjour à toutes et tous

    Afin de mieux comprendre les problèmes découlant de la création de décharges, nous avons contacté une association de riverains d'un de ces sites: celui de Septème-les-Vallons (13).

    Le responsable, Monsieur Daniel PIERI, tient à venir nous l'expliquer par une conférence-débat mardi prochain le 04 à 18h30 à l'immeuble communal de Chateau-Arnoux-Saint-Auban.

    Merci de faire passer l'info.

    Ci-dessous 2 vidéos concernant des interventions de monsieur Pieri et des nuisances causées par cette décharge.

    http://videos.tf1.fr/jt-13h/2012/la-decharge-de-septeme-les-vallons-agace-les-riverains-6933446.html

     

    http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/pollution-les-riverains-chargent-la-decharge-de-septemes_11270018.html
     


     

    Bonne journée.


     

    Gilles Mercier
    06 61 00 21 00


  • Merci de signer ou/et de faire passer la pétition suivante.

    : Commission d'enquête publique: Empêcher de faire une décharge sur le site des Parrines a Chateau-Arnoux 04!

    Chaque personne qui signe renforce notre mobilisation. Merci de prendre une minute pour partager ce lien avec tous vos contacts:

    http://www.avaaz.org/fr/petition/Commission_denquete_publique_Empecher_de_faire_une_decharge_sur_le_site_des_Parrines_a_ChateauArnoux_04/?tsFXAbb

    Ensemble, provoquons le changement,


    ---
    Voici la pétition à envoyer à vos amis:

    Commission d'enquête publique: Empêcher de faire une décharge sur le site des Parrines a Chateau-Arnoux 04
    Parce que c'est un lieu plein de sources, il y a des papillons rares et protégés comme la "proserpine", des salamandres, des circaetes Jean Leblanc, etc.....
    De plus , il y a beaucoup d'habitations sur un rayon de 5 km2( cité de St Auban), et le projet prévoit de faire passer la route d'accès aux camions semi- remorques sur la conduite de gaz sous pression: donc DANGER ABSOLU
    http://www.avaaz.org/fr/petition/Commission_denquete_publique_Empecher_de_faire_une_decharge_sur_le_site_des_Parrines_a_ChateauArnoux_04/?tsFXAbb

    Mémoire de l’association QVHP concernant l’enquête publique d’autorisation d’exploiter une ISDND au vallon des Parrines sur la commune de Château-Arnoux-Saint-Auban.

     

    PREAMBULE

    En premier lieu, il est important de connaître l’exactitude des tonnages de déchets produits dans le département des Alpes de Haute-Provence et de mettre ces chiffres en parallèle avec l’installation de stockage déjà existante sur ce territoire et les lois issues des grenelles de l’environnement.

    Il faut rappeler que si la DUP de 2008 était discutable, elle n’en était pas moins légale, d’ailleurs les juridictions compétentes, dans leur grande sagesse, ont confirmé cette légalité. Mais, la prorogation de cette DUP doit prendre en considération les changements législatifs intervenus entre temps.

    L’analyse des tonnages va donc nous permettre de démontrer que cette prorogation est totalement illégale comme nous l’avions déjà signalé à Madame le Préfet lors de l’enquête publique concernant la prorogation de ladite DUP.

    Le Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) du département, fait état d’une production de 140 000 tonnes de déchets pas an. Nous n’avons pas pu vérifier ces chiffres mais ils sembleraient être près de la réalité.

    Dans ce total sont compris :

    - Les boues de stations d’épuration

    - Les déchets recyclés

    - Les matières de vidanges et graisses

    - Les pneus

    - Les déchets verts

    - Les déchets électroménagers repris par les magasins

    - Les déchets triés etc…

     

    La part des déchets mis en décharge est inférieure à la moitié de cette production, pour mémoire le département a mis en décharge 64 861,65 tonnes en 2013.

    Ces déchets bien traités au CSDU de Valensole sont compactés à 1240 kg/ m3ce qui donne 52 307,78 m3 pour 2013.

    Sachant que la capacité du CSDU de Valensole est de 65 000 m3/an, nous nous interrogeons quant au besoin d’une deuxième décharge dans le département d’autant plus que la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 limite la capacité de stockage à 60% de la production de déchets sur le territoire.

     

    CONCERNANT L’AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE

     

    Il est dit dans la présentation du projet que le SYDEVOM regroupe 164 communes du département sur 200. En revanche, il n’est pas dit que celles-ci ne représentent que 50% de la production d’ordures ménagères du département.

     

    Caractéristiques principales

     

    Alorsque l'Article L541-2-1 du code de l'environnement impose un maximum de tri à la base, donc une diminution des déchets, le SYDEVOM envisagerait de passer de 36000 T/an à 58000 T/an dans 11 ans. Le SYDEVOM hypothétiserait-il déjà la fermeture du CSDU04 de Valensole, alors que celui-ci ne sera pas encore plein ?

    Le SYDEVOM envisagerait un compactage à 0,9 (900kg/m3 contre 1240 kg/m3pour le CSDU 04), ce faible compactage ne permet pas de piéger la plus grande partie des biogaz qui s’échapperaient donc dans l’atmosphère. A savoir, que les décharges d’ordures ménagères, compte tenu de leur importante teneur en matières organiques, produisent des gaz majeurs et des gaz mineurs ou composés organiques volatiles parmi lesquels une série de solvants comme le benzène, l’éthylbenzène, le toluène, le trichloréthylène et des dizaines d’autres dont les effets immunotoxiques, neurotoxiques et cancérigènes sont bien identifiés et actifs dans un rayon de 3 kilomètres autour d’une décharge à faible compactage.

    Ces gaz génèrent :

    Des risques de maladies graves telles que constatées dans de nombreuses enquêtes environnementales dans le monde entier : 

    - Diminution des défenses immunitaires et donc disposition accrue à développer un cancer (Dr Pluygers, cancérologue)

    - Incidence plus élevée des cancers du poumon, de l'estomac et des voies biliaires intrahépathiques chez les riverains (Goldberg et al.)

    - Risque élevé de cancers de l’estomac, des voies biliaires, de la trachée, des bronches, des poumons, de l’utérus, de la prostate (étude de 1995, site de stockage de déchets solides de Miron Quarry à Montréal, Québec).

    - Cancer de la vessie ou une leucémie - cancer des cellules du sang - (étude du Ministère de la Santé de l'État de New York)

    - Formations cancéreuses de vessie (étude de 1990, centre d'enfouissement des déchets dans le nord-ouest de l'Illinois)

    - Formations cancéreuses élevées de la vessie, du poumon, de l'estomac et du rectum (étude de 1989, Ministère de l'Environnement portant sur 593 sites de déchets dans 339 comtés américains)

    - Incidence accrue de leucémie (Nord de la Westphalie en Allemagne)

    - Enfants atteints de leucémie (étude de 1986 sur des à Woburn dans le Massachusetts)

     

    Des effets sur les enfants, dont les plus généralement identifiés, à proximité d'un centre d’enfouissement de déchets, sont le poids de naissance faible et la petite taille. De nombreuses études l’ont démontré :

    - Rapport préliminaire en 1997 a constaté 33 % d'augmentation de risque d'anomalies à la naissance chez les bébés nés dans les familles vivant dans les trois kilomètres de n'importe lequel de 21 centres d'enfouissement de déchets dans 10 pays européens.

    - Les chercheurs à l'École de Londres d'Hygiène et de Médecine Tropicale ont récemment passé en revue 46 études sur les effets sur la santé humaine des centres d'enfouissement de déchets. Ils ont conclu "Les sites d'enfouissement des déchets peuvent représenter des risques réels dans certaines circonstances". Ils ont aussi indiqué que le mécanisme exact des rejets dangereux est inconnu.

    Dans ce projet, le peu de biogaz piégé ne pourrait justifier la mise en place d’un système de cogénération et serait donc brûlé dans une torchère, prévue d’ailleurs, dans le dossier, provoquant d’importantes émissions de CO² dans l’atmosphère, est-il encore nécessaire de vous informer des actions néfastes de ce gaz ?

    Sans récupération des biogaz, la Taxe Générale sur les Activités Polluantes (TGAP) serait de 40€ la tonne au lieu de 20€ la tonne pour les ISDND équipée de cogénération, et ceci, aux frais des contribuables bien sûr.

    Il est dit que l’autoroute passe à 250 mètres à l’est du projet de décharge, sous le vent le plus puissant (mistral) soufflant Ouest/Nord/Ouest, ce qui entraînerait immanquablement des envols de matériaux légers sur l’autoroute avec de forts risques accidentogènes.

    Une décharge d’ordures ménagères attirant de nombreux goélands Leucophée (gabians terme provençal), ces risques s’en trouveraient multipliés par la perte en plein vol d’objets divers plus ou moins lourds.

     

     

    CONCERNANT LE DOSSIER DE DEMANDE D’AUTORISATION D’EXPLOITER

     

    Au chapitre 2/1, il est dit que les déchets devraient provenir des communautés de communes et communes adhérentes au SYDEVO

    Ces communes ont produit, 32000 tonnes en 2012 alors que le SYDEVOM annonce 36000 tonnes.

    Suivant le Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) du département, une installation de stockage ne peut dépasser 54% (pourcentage plus ambitieux que celui du Grenelle) de la production de déchets du territoire concerné. Il serait donc impossible de stocker plus de 17280 T/an sur ce site.

     

    Au chapitre 3/1, il est dit : « l’impact visuel lié au projet est faible pour la plupart des points de vue » FAUX : Montfort a une vue « imprenable et plongeante » sur le projet de décharge, de même que tous les automobilistes passant sur l’autoroute si proche, sans oublier les occupants internationaux des planeurs effectuant de 9 000 à 10 000 heures de vol à voile au dessus d’un « nid d’immondices ».

     

    Au chapitre 3/2 :

    · « le traitement des déchets conforme aux prescriptions règlementaires ». FAUX : voir chapitre 2/1

    · « le maintien d’un niveau de prix concurrentiel pour le traitement en centre de stockage ». FAUX : le volume stocké est insuffisant par rapport aux frais de fonctionnement (voir bilan prévisionnel en annexe) et la TGAP serait à 40€/T. au lieu de 20€/T.

    · « le maintien d’emplois au niveau local » FAUX : il y aurait une création maximum de neuf emplois, mais combien de perte d’emplois au niveau tourisme, BTP, artisanat et commerce.

    · « la réduction des transports de déchets donc des économies sur les transports et la réduction de la pollution correspondante ». FAUX : une étude du SYDEVOM fait apparaitre une économie de 200 kms/jour (du fait de la position centrale de Château-Arnoux-Saint-Auban), soit 70 litres de gasoil/jour soit sur 300 jours 21000 litres de gasoil/an. Or, le SYDEVOM omet de préciser qu’une décharge bien gérée, et tenue correctement, consomme en moyenne 140000 litres/an de Gasoil (compacteur, chenillard, mini-pelle..) pour mémoire Valensole a consommé 163 578 litres en 2013. En admettant une gestion bien en-dessous de l’idéal, le bilan serait toujours négatif en estimant la consommation de gasoil au plus bas soit 70 000 litres/an entrainant un différentiel de pollution de 49 000 litres/an. En résumé l’ISDND des Parrines, bien gérée aurait un bilan négatif de 129 000 litres de gasoil par an et mal gérée, un bilan négatif de 49 000 litres par an. Où est la réduction de pollution ?

     

    Au chapitre 3/4/1 il est dit : « Le projet est compatible avec le POS/PLU ». FAUXen droit une DUP qui devient incompatible avec les orientations d’un document d’urbanisme (POS/PLU) en cours d’élaboration, est irrégulièrement proroger (voir en ce sens : CE 21 février 1992 Dr. Adm. 1992 n° 197).

    La procédure de révision générale du POS en vu de l’élaboration du PLU a été prescrite par délibération du Conseil Municipal du 12 février 2003. Elle a fait l’objet d’une suspension en 2007.

    Une délibération complémentaire (n°32-21052012-03/05) du Conseil Municipal du 21 mai 2012, a décidé de la poursuite de la procédure avec de nouvelle orientation dictée par le nouvel environnement législatif, constitué des lois Grenelle 1 et 2 des 3 août 2009 et 12 juillet 2010 qui ont introduit l’évaluation environnementale dans la procédure de révision du PLU.

    La délibération précise singulièrement, au rang des orientations générales et des objectifs qui présideront à l’élaboration du PLU, l’inscription « du développement de la commune de manière durable, en s’appuyant sur les trois piliers originels et fondateurs que sont la qualité et la protection de l’environnement, l’équilibre social et la dynamique économique ».

    La délibération met l’accent notamment au titre des thématiques majeures devant être retenues pour aboutir à une cohérence d’ensemble du projet. L’évaluation environnementale du territoire communale, la protection de l’environnement, la prise en compte des risques.

     

    Au chapitre 3/4/4 l’évolution des déchets prévue par le PDEDMA (conçu par le Conseil Général) est outrageusement manipulée : en 2012 le total des déchets mis en décharge par les adhérents du SYDEVOM a été de 32 000 tonnes. Chiffre que le SYDEVOM corrobore presque en annonçant un prévisionnel de 36 000 tonnes. Alors que le PDEDMA annonce entre 83 000 et 94 000 tonnes et que la tendance actuelle est à une légère baisse annuelle au niveau de la mise en décharge (conf. CLIS CSDU04).

     

    Au chapitre 4/1/1/1 il est dit "Une incertitude géologique subsiste concernant une flexure supposée dans les marnes" Que fait-on du sacrosaint principe de précaution ? En cas d'accident sismique, les éventuels signataires de l'autorisation ne pourront pas dire qu'ils n'étaient pas au courant et seront systématiquement poursuivis pénalement. Cette incertitude géologique représente un risque considérable rapporté au niveau de sismicité de Château-Arnoux-Saint-Auban qui est de 4 c'est à dire une zone de sismicité moyenne sur une échelle qui comporte 5 niveaux. (Situation de la commune au regard du zonage réglementaire pour la prise en compte de la sismicité - cf articles R.563-4 et D.563-8-1 du Code de l'Environnement.)

     

    Au chapitre 4/1/1/5 il est fait état de 42 espèces d’animaux à enjeu très fort à modéré dont des poissons, des écrevisses à pattes blanches et des batraciens. Comment des espèces réputées aquatiques peuvent-elles vivre dans un milieu (appelé communément Champ de l'Aigue) oùil est dit au chapitre 4/1/1/2 qu’il n’existe pas d’eau pérenne ? Ces animaux seraient-ils des mutants d’ISOTOPCHIM ou auraient-ils mangé des maïs OGM ?

    Il y a, situé à proximité 5 périmètres d’inventaires et 2 périmètres Natura 2000 à moins de 2 kms et 2,5 kms du projet.

     

    La présence et surtout l’abondance de Goélands Leucophée sur les décharges entraînent des nuisances de la faune et de la flore aux alentours:

    La nidification d'un nombre important de couples de Goélands Leucophée entraîne une déstructuration de la végétation pouvant aboutir à la disparition complète des habitats naturels, d’une part, par le piétinement et l’arrachage lors de la confection des nids et d’autre part, par les déjections qui provoquent un enrichissement du sol en phosphates et nitrates mais aussi en potassium. Il y a aussi les apports de matières organiques transportées depuis les décharges.

    Les goélands ont également un impact direct sur les oiseaux, notamment par la prédation des jeunes de faucons pèlerins et de chouette chevêche lors de leur premier envol. Ils attaquent les femelles couveuses pour piller les nids et s’attaquent même en bandes à de grosses proies telles que le Circaète Jean Le Blanc protégé par la loi et présent sur le site (rapport ANTEA).





  • Bonjour à toutes et tous
    Si comme nous vous pensez qu'une deuxième décharge dans le département des Alpes de Haute Provence est totalement injustifiée
    Qu'il n'existe qu'une solution pérenne à la problématique des déchets du département:
    Le TRI sélectif
     
    L'association Sauvegarde des Parrines
     
    Vous demande de vous exprimer par écrit lors de l' enquête publique actuellement en cours dans les communes d' Aubignosc, Château-Arnoux, Châteauneuf St Donat, L’Escale, Montfort, Peyruis
     
    Si vous habitez dans le carrefour vous pouvez aller signer aux heures d' ouverture des mairies concernées
    si vous voulez voir le commissaire enquêteur vous trouverez les permanences en pièce jointe....
    Si vous voulez argumenter......
     
     
     
    PAR AVANCE MERCI
     
     
     
    VOULEZ-VOUS AUGMENTER VOS TAXES D’ORDURES MENAGERES ?
    NON !
    VOULEZ-VOUS DIMINUER VOS DEFENSES IMMUNITAIRES, ACCROITRE VOS RISQUES DE MALADIES GRAVES ?
    NON !
    VOULEZ-VOUS VOIR AMPLIFIER LES POLLUTIONS POUR L’HOMME, LA TERRE, L’AIR ET L’EAU ?
    NON !
    VOULEZ-VOUS LAISSER UN TAS D’IMMONDICES A VOS ENFANTS ET PETITS-ENFANTS ?
    NON !
    DONC, VOUS ETES POUR LE RESPECT DE LA LOI CONTRE LA CREATION DE NOUVELLES DECHARGES.
    ET CONTRE LE PROJET INUTILE DE 2éme DECHARGE DU 04
    PARTICIPEZ A L’ENQUETE PUBLIQUE
    ALLEZ DONNER VOS ARGUMENTS
    Ou envoyez-les par courrier
    DANS LES MAIRIES SUIVANTES :
    Aubignosc, Château-Arnoux, Châteauneuf St Donat, L’Escale, Montfort, Peyruis aux heures d’ouverture.
    Avant le 21 mars 2014
     
     
     
     
     
    La commission d' enquête
     
     
     
     
     
     
    DATES ET LIEUX DES PERMANENCES TENUES PAR LA COMMISSION D’ENQUETEUn membre de la commission d’enquête recevra personnellement les observations des intéressés dans les lieux figurant au tableau ci-après LIEUX D ENQUETE HORAIRES D’OUVERTURE AU PUBLIC DES MAIRIES JOURS ET HEURES DE PERMANENCE D'UN MEMBRE DE LA COMMISSION D'ENQUETEAubignosc MairiePlace FloreLe Village 04200 AubignoscLundi et Mardi :8h00 - 12h00 et 14h00 - 18h00Mercredi : 8h30 – 12h00Jeudi : 8h30 – 12h00 et 14h00 – 18h00Vendredi: 8h30 - 12h00 et 14h00 - 17h00Jeudi 6 février 2014: 14 H / 17 HMercredi 19 mars 2014: 9 H / 12HChâteau-Arnoux-Saint-Auban Mairie 1 rue Victorin Maurel 04160 Château-Arnoux Saint Auban Du lundi au Vendredi : 8h30 - 12 h00 et 13h30 – 17h00 Le Samedi de 10 h00 à 12 h00 Jeudi 6 février 2014: 9 H / 12H Samedi 8 février 2014: 10 H / 12 H Vendredi 14 février 2014: 14 H / 17 H Vendredi 21 février 2014: 17 H / 20 H Vendredi 28 février 2014: 14H / 17 H Jeudi 6 mars 2014: 9 H / 12H Lundi 10 mars 2014: 9 H / 12H Mercredi 19 mars 2014: 9 H / 12H Vendredi 21 mars 2014: 14 H / 17 HChâteauneuf Val saint DonatMairie Le Village04200 Châteauneuf Val Saint DonatLundi : 16h30 – 18h30Mardi et Vendredi :9h00 – 12h00 et 14h00 – 19h00Vendredi 7 février 2014: 9 H / 12HMardi 25 février 2014: 14 H / 17 HVendredi 21 mars 2014: 9 H / 12HL’Escale Mairie Rue François ARNAUD 04160 L’Escale Du Lundi au Jeudi : 9h00 – 12h00 et 15h00 – 18h00 Vendredi : 9h00 – 12h00 et 15h00 – 17h00 Jeudi 6 février 2014: 9 H / 12H Mardi 25 février 2014: 9 H / 12H Vendredi 21 mars 2014: 15 H / 17 HMontfort MairieAllée des TilleulsLe Village 04600 MontfortLundi – Mercredi – Vendredi :8h30 – 12h00Mardi et Jeudi : 13h30 – 18h00Jeudi 6 février 2014: 14 H / 17 HMercredi 5 mars 2014: 9 H / 12HVendredi 21 mars 2014: 9 H / 12H Peyruis Mairie Place de l’Hôtel de ville BP 3 04310 Peyruis Du Lundi au Vendredi : 8h30 – 12h00 et 13h30 – 17h00 Jeudi 6 février 2014: 9 H / 12H Mercredi 5 mars 2014: 14 H / 17 H Vendredi 21 mars 2014: 14 H / 17 H
     
     
    les arguments
     
     
     
    Arguments à avancer lors de l’enquête d’utilité publique concernant le projet d’une décharge « au champ de l’aigue », vallon du Fournas à Château Arnoux Saint Auban.- La décharge serait vue de l'autoroute, ne donnant pas aux touristes l'envie de s'arrêter chez nous !- Les odeurs envahiraient l'autoroute.- Les objets légers s’envoleraient sur l’autoroute par jour de mistral et pourraient provoquer des accidents.- Les odeurs envahiraient Saint Auban.- Les mouettes survoleraient constamment et seraient susceptibles de charrier des objets et de les larguer sur l’autoroute ou sur les pare-brises.- La décharge serait vue en gros plan depuis Montfort qui la surplomberait.- Il y aurait une pollution sonore sur Montfort par le BIP BIP des engins sur la décharge qui ne cesseraient, un compacteur avance et recule en permanence- Elle risquerait de polluer le vallon du Fournas par débordement des jus.- Ce projet détruirait une zone naturelle magnifique.- Comment peut-il y avoir des poisons protégés, des batraciens et des écrevisses à pattes blanches dans un endroit où il n’y a pas d'eau pérenne? De qui se moque-t-on?- La collectivité a déjà dépensé des sommes importantes lors du projet Silpro pour la sauvegarde des écrevisses à pattes blanches et avec ce projet ils seraient massacrés sans scrupule. N'y a t-il pas une certaine incohérence?- Le lieu choisit pour ce projet de décharge s’appelle « le champ de l’Aigue » l’aigue en provençale veut dire EAU, les anciens n’avaient pas pour habitude de nommer les lieux sans observer ce qui s’y passait. Ils apprenaient beaucoup de la nature, ce qui est oublié dans ce projet, de toute évidence ce projet courrait à la catastrophe !- Ce projet entrainerait des pertes d'emplois par l’éventuelle diminution de l'activité touristique- Ce projet provoquerait une dévaluation de 30% à 40% du prix de l'immobilier selon les professionnels- L’exode d'une certaine partie de la population en serait une conséquence- Ce projet impliquerait : Des pertes d'emplois dans le bâtiment car la construction s’arrêterait. Des pertes d'emplois dans l'artisanat suite à une baisse très sensible de la population. Des pertes d'emplois par fermeture de commerces suite à une baise de la population.- Une somme colossale serait engagée pour enfouir des déchets et laisser cet impact, ce cadeau empoisonné en héritage aux générations futures alors qu’il faudrait une somme bien moindre pour diminuer les déchets du département qui est à environ 14% de tri alors que la moyenne nationale est à 34%.- Une somme énorme devrait être empruntée pour que ce projet puisse aboutir et nous ne voulons pas être caution de ce prêt (remboursement avec nos impôts) alors que nous sommes contre ce projet complètement aberrant !- Pourquoi ne pas privilégier le tri comme prévu et imposé par la loi, devra t’on en plus payer les amendes pour infraction à la loi?- Pourquoi ne pas envisager les déchets comme une ressource et non comme un rebus ? D’autres départements de France, le font, pourquoi pas le 04 ? Alors le projet du SYDEVOM doit être de se diriger vers le tri et non l’enfouissement.- Trions et revalorisons les déchets pour les diminuer dans un premier temps et en tirer des gains dans un deuxième. Pourquoi laisser aux générations futures et à notre terre le soin de gérer nos incompétences ?- Ce projet entrainerait une très nette augmentation du coût de la mise en décharge et donc de la facture à payer par les contribuables.- L’argent qui serait dépensé pour réaliser cette horreur ne serait-il pas mieux employé pour organiser un tri efficace comme ça existe ailleurs et ainsi se contenter de la décharge que nous avons déjà sur le département. Pourquoi une deuxième décharge alors que nous en avons déjà une à Valensole qui a la capacité nécessaire et qui est très bien gérée, d’ailleurs elle sert de référence à l’ARPE Agence Régionale pour l’Environnement.- Cette décharge serait reconnue comme particulièrement polluante puisque on lui appliquerait le taux maximum de la Taxe Générale sur les Activités Polluantes: 40€/Tonne au lieu de 15€/Tonne pour les décharges moins polluantes.- Cette décharge serait totalement illégale puisque la loi prévoit qu'il n'est pas possible d'avoir des capacités de stockages ou d'incinérations supérieures à 60% de la production de déchets et que celle de Valensole, construite avant cette loi, à déjà une capacité largement supérieure.- Pourquoi le SYDEVOM annonce des chiffres de compactage à 0,9 tonne/ alors que toutes les décharges bien gérées sont aux environs de ? Est-ce afin de gonfler artificiellement le volume des déchets stockés?- Alors que l'on parle de tri et de diminution des déchets sur tout le territoire National, le SYDEVOM envisage de passer de 36 000 tonnes en phase 1 jusqu’à 11 ans à 58000 tonnes en phase 2 de 12 à 30 ans, mais où allons nous les prendre?- Concernant l’argument de diminution de l’impact économique et environnementale des transports de déchets, une étude du SYDEVOM fait apparaitre une économie de 200Km/jour au niveau des camions de ramassage soit 70 litres de gasoil /jour, soit sur 300 jours 21 000 litres de gasoil/an. Or une décharge bien gérée consomme en moyenne 140 000 litres de gasoil/an (compacteur, chenillard, etc...). En admettant la mauvaise gestion (différence de compactage) vers laquelle on se dirigerait dans le cas de ce projet au champ de l’Aigues, on pourrait considérer que la consommation ne serait que de 70 000 litres de gasoil/an soit, quand même, un différentiel positif de pollutions de 49000 litres de gasoil/an ! De toute évidence pour le projet d’une deuxième décharge, cet argument de diminution des pollutions ne tient pas la route, au contraire !- Si l'on ouvrait une deuxième décharge, on doublerait forcément les frais fixes pour la même quantité d'apport, ce qui entrainerait automatiquement le doublement des frais de mises en décharge : Est-ce une bonne gestion de nos impôts par le SYDEVOM?- Dans le résumé non technique de la demande d'exploitation, il est dit à l'article 4.1.1.1. : "Une incertitude géologique subsiste concernant une flexure supposée dans les marnes" Que fait-on du sacrosaint principe de précaution ? En cas d'accident sismique, les éventuels signataires de l'autorisation ne pourront pas dire qu'ils n'étaient pas au courant et seront systématiquement poursuivis pénalement.*flexure : Zone de raccordement entre deux compartiments de l'écorce terrestre, caractérisée par un brusque changement de pendage, mais sans rupture ou, Résultat d'une déformation sans rupture d'un massif rocheux.*pendage : Angle que forme la ligne de plus grande pente d'un objet géologique (faille, couche, filon …).Ce n’est pas rien cette incertitude géologique rapportée au niveau sismicité de Château Arnoux St Auban qui est de 4 soit (zone 4 : sismicité moyenne) sur une échelle qui va jusqu’à 5 (Situation de la commune au regard du zonage réglementaire pour la prise en compte de la sismicité - cf articles R.563-4 et D.563-8-1 du Code de l'Environnement.) http://diagnostic-ernt.info/etat-risques-chateau-arnoux-saint-auban-04049- Avant d’envisager l’éventualité de commencer toute réflexion sur ce projet, il aurait été nécessaire de faire de vraies recherches géologiques sur les risques sismiques de ce lieu.- La question que l’on se pose devant autant d’incompétences, c’est à qui profitera ce projet délictuel ?- Les déchets sont des produits lucratifs pour certaines firmes qui pourraient éventuellement faire penser à des tendances maffieuses et quand ces firmes imaginent un projet, elles sont capables d’une telle énergie pour mener à bien et faire en sorte qu’il voit le jour jusqu’à faire croire que c’est un projet essentiel et sans danger aux collectivités locales même si le code de l’environnement dit le contraire! Blaise Pascal disait : « Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale. »- Le feu des décharges sont des feux particulièrement dangereux. Les incendies de décharges sont saisonniers et courants dans les zones sèches et chaudes. Ils émettent des polluants mal connus et généralement non comptabilisés (comme ceux de feux de forêts) par les cadastres et inventaires de pollutions. Les déchets ménagers sont assez riches en produits contenant du chlore (PVC notamment) pour émettre en brûlant des dioxines et furanes en quantité importantes (environ 10 fois plus qu'un feu de broussaille ou de sous-bois forestier de bord de mer). * Les furanes ou polychlorodibenzo-furanes ou PCDF sont une famille de molécules chimiques cyclique (hétérocycle aromatique) émis lors de l'incinération de PCB (polychlorodibenzo). Ils se différencient des dioxines par la présence d'un seul atome d'oxygène dans le cycle central. Certaines d'entre elles sont toxiques pour l'homme et l'environnement. Pour éteindre ces feux, l’eau nécessaire augmentera les lixiviats déjà présents dans la décharge et pourra éventuellement causer des débordements qui s’infiltreront dans les sols pour regagner les nappes phréatiques et la Durance très proche.- Actuellement nous avons de très fortes pluies du au réchauffement climatique, nous entendons parler d’inondations en PACA, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. Si des pluies diluviennes s’abattaient sur cette éventuelle ISDND cela provoquerait très certainement des débordements de lixiviats qui iraient se répartir sur les terres alentours comme on voit dans des décharges dont ses paramètres n’ont pas été pris en compte. Cela polluerait la Durance.- La commune de Château-Arnoux-Saint-Auban est également exposée à trois autres risques naturels: feu de forêt, inondation (dans la vallée de la Durance), mouvement de terrain : certains versants sont concernés par un aléa moyen à fort.Ses risques sont valables aussi pour une éventuelle ISDND sur la commune

  • Bonjour à Toutes et à Tous,

    C’est dans l’urgence que le bureau de Q.V.H.P vous envoie son bulletin n°10 de février 2014, ainsi que deux pièces jointes concernant l’enquête publique pour l’autorisation d’exploiter la deuxième décharge du département.

    ATTENTION courriel très important, la mobilisation de tous est plus que nécessaire le 11 février à 18h salle communale de Château Arnoux St Auban.

    A DIFFUSER A TOUS VOS CONTACTS SANS MODÉRATION

    Bonne lecture à Toutes et à Tous.

    Associativement vôtre.

    Le Bureau

    Qualité de Vie en Haute Provence

    Adresse siège : 13 Rue Paul Gauguin 04600 ST AUBAN

    Email : qvhp04@gmail.com

    Tél : 06.83.32.61.18/06.61.00.21.00

    Facebook : Qualité de Vie en Haute-Provence