•  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     

    Mardi 2 octobre 2018 de 18 à 20h

     

    Vidéosurveillance, du bluff ?

     

    La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir de 2007.

     

    Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme.

     

    Pour le sociologue Laurent Mucchielli, cette promesse sécuritaire est un bluff.

    Il l'a expliqué dans un livre après avoir enquêté dans trois villes françaises.

    Le café repaire vous propose une rencontre avec :

     

    Laurent MUCCHIELLI

    directeur de recherche au CNRS.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

     

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

    La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

    Publié le 05/03/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

    Mucchielli-Laurent © Claude ALMODOVAR/LA GAZETTE Dans un livre à paraître le 7 mars prochain, le sociologue Laurent Mucchielli relance la polémique sur la vidéosurveillance. S'appuyant sur une enquête de terrain, il dresse un bilan accablant de son efficacité et fustige le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique. Entretien.

    A quoi sert la vidéosurveillance ? Si certains élus prétendent y voir un outil de dissuasion, d’autres vantent ses vertus en termes d’élucidation judiciaire. En France, aujourd’hui, 3500 municipalités, de droite comme de gauche, en seraient équipées et se disent unanimement convaincues par son utilité dans la panoplie de lutte contre la délinquance, justifiant  au passage son poids conséquent dans leurs budgets.

    Et pourtant, depuis plus de vingt ans, le monde scientifique, par la voix de chercheurs français et étrangers, ne cesse de juger, chiffres à l’appui, l’impact très limité de la vidéosurveillance sur l’insécurité. C’est ce que rappelle le sociologue ­Laurent ­Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’université ­d’Aix-Marseille, dans un ouvrage sans concession à paraître le 7 mars, « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéo­surveillance » (éditions­ Armand ­Colin).

    S’appuyant sur une enquête de terrain, l’universitaire passe au crible les rouages politiques, économiques, sociaux et techniques de la vidéosurveillance pour « sortir des imaginaires et des discours » et produire une évaluation réelle, qui n’a jamais été établie à ce jour par les autorités. Dans cet entretien accordé à « La Gazette », il enfonce le clou et dresse un bilan particulièrement sévère de cet outil, insistant sur le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

    A quoi sert vraiment la vidéosurveillance ?

    Je constate tout d’abord qu’enregistrer des images utilisables ensuite par les policiers ou les gendarmes dans leurs enquêtes a une efficacité réelle mais très limitée. La présence d’images utiles n’est avérée que dans 1 à 3% du total des enquêtes réalisées dans l’année sur la commune. On peut penser que « c’est toujours ça de pris » mais aussi savoir que c’est très peu et s’interroger sur le rapport coût-avantage.

    Deuxièmement, chercher à sécuriser un lieu précis à l’aide de la vidéo (le parking d’une gare où ont lieu beaucoup de vols dans les voitures, ou bien un square où a lieu du deal de drogues) conduit bien à réduire le problème à cet endroit précis mais ne le fait pas disparaître, ça le déplace vers un autre endroit de la ville.

    Par ailleurs, employer des agents municipaux (policiers ou ASVP) pour regarder les écrans dans un Centre de supervision urbain (CSU) est à peu près inutile du point de vue de la lutte contre la délinquance. Cette « détection en direct » étant très faible, cela conduit à un détournement du système vers d’autres usages, le plus rentable étant la vidéoverbalisation. Une ville peut faire ce choix mais dans ce cas il faut dire la vérité à la population : les caméras ne la protègent pas des vols ou des agressions, elle accroissent la répression des infractions routières.

    Quatrième constat : la construction d’un CSU et l’emploi d’agents municipaux coûte cher et réduit les effectifs disponibles sur le terrain. Or, dans toutes les villes, les élus et les chefs de police disent regretter de ne pas pouvoir faire de la police de proximité faute d’effectifs. C’est une contradiction majeure.

    Enfin, dire que la vidéo aide à nous protéger du terrorisme est une sottise ou un mensonge. Dans tous les cas survenus ces dernières années, quand le terroriste a survécu on retrouve des images de lui après coup. Quand tout le monde est déjà mort. Cela ne sert donc à rien et c’est même au contraire utilisé par nos ennemis dans leur stratégies d’endoctrinement des jeunes.

    Vous n’hésitez pas à qualifier la vidéosurveillance de « gaspillage de l’argent public » ?

    Mon métier de fonctionnaire de la recherche me permet de parler sans langue de bois, devoir de réserve ni conflit d’intérêt. J’étudie un objet avec des méthodes scientifiques et je tire les ...

    Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
    i

    Contenu réservé aux abonnés

    • Gazette des communes
    • Club prévention - sécurité

    Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

    PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

     


  •  

     


    Bonjour,

    Petit rappel pour les personnes qui se sont inscrites à la formation "démocratie locale" avec Tristan Rechid, de Saillans :

    RDV le samedi 29 et le dimanche 30 à la salle Joie et Soleil, à Saint-Auban (près de l'aérodrome). Horaires : de 9h à 18h. Prévoir un casse-croûte. Participation libre pour payer la salle et défrayer l'intervenant (si possible autour de 30 euros par personne).

    Si vous ne vous êtes pas inscrits, ce n'est pas trop tard : il reste des places.

     

    Si vous n'êtes pas dispo tout le week-end, n'hésitez pas à nous rejoindre le samedi soir à 20h30 pour une soirée conviviale. Et faites circuler l'info !

     

     Le temps des gens : Saillans et la belle démocratie

     

    Soirée conviviale conférence concert : samedi 29 septembre à 20h30

     

    Prix libre – petite restauration

     

    Week end de formation samedi 29 et dimanche 30 de 9h à 18h

     

    renseignements au 0683534877

     


  • Café Repairede Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire:

    Mardi 4 septembre 2018 de 18 à 20h

     

    Le TAFTA-CETA ou en est-on ?

     

     


    Après la signature du Tafta avec les États-Unis, un nouvel accord de libre échange

    est en cours entre l’Union européenne et le Canada. La France prévoit de le ratifier,

    d’autres pays refusent.

     

    Santé, alimentation, environnement…

    Qu’est-ce qui pourrait changer ?

     

    Qu’est-ce qu’on peut faire ?

     

     

    Un débat contradictoire entre pro et anti CETA est organisé en octobre a Digne avec la députée Delphine Bagarry.

     

    Jean Louis Odekerken

    Viendra nous faire le point sur ce sujet toujours d’importance.

     

     

    A bientôt !.

     


  • Café Repairede Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire:

     

    Bonjour

    Nous en avons longtemps parlé, cette fois c'est calé ! Les ateliers de formation sur la démocratie locale avec Tristan Rechid auront lieu les samedi 29 et dimanche 30 septembre, de 9h à 18h,  à Château-Arnoux Saint-Auban (salle Joie et Soleil à Saint-Auban, près de l'aérodrome).

    Le samedi soi à 20h30, conférence en chansons "Le temps des gens", ouverte à tout public (prix libre).

    Nombre de places limité pour les ateliers, inscrivez-vous : lisa.giachino@gmail.com - 06 83 53 48 77

    Pour couvrir les frais, une participation financière sera demandée, en fonction des moyens de chacun et du nombre de personnes (30 euros environ par personne si nous sommes 25).

    A très bientot,

    L'équipe du Café Repaire de Chato


  •  

     CAFE REPAIRE LE MARDI 3 JUILLET

     

    Café Repaire de Chateau-arnoux

     

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     

    Mardi 3 juillet 2018 de 18 à 20h

     

     

     

    La Palestine et nous

     

     

     

    L'actualité palestinienne nous a une de fois de plus frappés :

     

    le 15 mai, les soldats israéliens ont tué 55 Palestiniens,

     

    lors de manifestations à la frontière entre la bande de Gaza et Israël.

     

     

     

    Cette "marche du retour" demandait réparation des expropriations

     

    subies par les Palestiniens lors de la création d'Israël, il y a 70 ans.

     

     

     

    Les manifestants protestaient également contre le blocus

     

    de la bande de Gaza et l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem.

     

     

     

    Pour nous éclairer sur ce conflit israélo-palestinien, le café repaire reçoit :

     

    Mireille Sève

     

    présidente de l’association France-Palestine-Solidarité 04.

     

     

     

    Elle témoignera d’une réalité qu’elle a pu percevoir

     

    lors d’un voyage en Palestine en septembre dernier

     

    et nous présentera les actions de son association

     

    menées dans les territoires palestiniens

     

    et auprès des instances nationales et internationales..

     

     

     

     

     

    A bientôt !.

     



     

     

     

     

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 3 avril 2018 de 18 à 20h

     

    Remue-méninges au Café Repaire

     

    En préparation d’une formation à la démocratie locale

    prévue dans les mois qui viennent

    avec un acteur de la liste citoyenne de Saillans,

     nous vous invitons à un arpentage de textes sur ce thème.

    Arpentage : méthode de découverte à plusieurs d’un ouvrage, en vue de son appropriation critique, pour nourrir l’articulation entre pratique et théorie.

    Objectifs :

    désacraliser l’objet « livre », populariser la lecture

    expérimenter un travail coopératif et critique

    créer une culture commune autour d’un sujet, d’un savoir théorique

    comprendre qu’aucun savoir n’est neutre, que tout point de vue est situé

    Origine :

    Méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière (cercle ouvrier) puis réutilisée par les praticiens de l’entraînement mental pendant la seconde guerre mondiale par des résistants (autour de Dumazedier), diffusée plus largement par Peuple et Culture, mouvement d’éducation populaire, à partir des années 1950. 

    A bientôt !.


  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 6 mars de 18 à 20h

    Le bio pour tous, c’est possible ?

     

    À la maison,

    à la cantine ou

    dans la restauration,

    comment faire pour que tout le monde

    ait accès à une alimentation bio, locale, de qualité ?

    Quels sont les freins

    Quelles sont les solutions ?

    Venez en débattre.

    A bientôt

    Et n'hésitez pas à partager l'info ...

     

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

     en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     Mardi 6 février de 18 à 20h

     ONDES, comment s'en sortir ?

     De plus en plus nombreuses, les ondes nous entourent

     dans les lieux publics, les transports en commun,

     à l'école, au travail, à la maison, etc.

     Bien que les effets sur la santé soient attestés par de nombreuses études,

     leur développement n'est pas remis en cause par les pouvoirs publics.

     Quand aux opérateurs de téléphonie mobile,

     ils mènent un lobbyng très efficace auprès de nos élus.

     Dans ce contexte, comment se protéger de la nocivité des ondes ?

     Comment prendre en compte la situation des personnes hypersensibles ?

     Nous en débattrons en présence de

     Laure Birgy, membre de l'association Une terre pour les EHS,

     et Marie-Christine Monet, qui s'est guérie de son électrohypersensibilité.

     A bientôt !.

     Et n'hésitez pas à partager l'info ...

     


  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     

    Mardi 9 janvier de 18 à 20h

     

    VIVE LE TRAIN !

     

    Guichets fermés, horaires bancals, lignes menacées :

    alors que notre zone rurale est déjà pauvre en transports publics,

    l'Etat et la SNCF se désengagent du TER.

    Comment défendre les petites gares pour développer

    des transports accessibles à tous et sortir du tout voiture ?

    Nous en débattrons avec Raymond Pelloux

    du collectif de l'étoile de Veynes et de Nosterpaca,

    et des syndicalistes du transport ferroviaire

    A bientôt !.


  • Bonjour à tout le monde

    Il y a plusieurs mois, lors d'un Café Repaire consacré à la démocratie locale, nous avions parlé du cas de Saillans, en Drôme, où une liste citoyenne a été élue et utilise les méthodes de l'éducation populaire pour favoriser la participation politique des habitants.

    (Lire le reportage de L'âge de faire ici :

    https://www.lagedefaire-lejournal.fr/a-saillans-lutopie-se-travaille-darrache-pied/)

    Les personnes présentes à ce Café Repaire avaient décidé d'organiser la venue de Tristan Rechid, l'un des initiateurs de la démarche de Saillans, qui parcourt la France pour partager ces méthodes avec des collectifs. Le but peut être de monter une liste citoyenne dans nos communes, ou de contribuer à améliorer la démocratie locale en proposant à nos élus de se former à ces méthodes, en les interpelant... Tout est possible.

    Nous avons longtemps hésité sur les dates, et puis finalement, lors du Repaire de rentrée, nous avons décidé de reporter cette formation au printemps prochain pour que le maximum de personnes puissent être présentes.

    Tristan est en train d'organiser sa prochaine tournée. Il propose une formule avec une petite partie musicale. Je vous laisse voir ci-dessous et aller à ce lien

    Nous partirions sur le vendredi soir+la journée du samedi, ou sur le samedi soir+la journée du dimanche.

    C'est donc le moment de caler une date. Merci de nous répondre (à lisa.giachino@gmail.com) au plus vite en indiquant :

    - si vous êtes intéressé(e).

    - si certains de vos week-ends ne sont pas libres en mars, avril et mai.

    A bientôt

    Lisa

    Appel à accueillants tournée 2018 « Le temps des gens »

    De Saillans à La Belle Démocratie

    Amis qui oeuvrez pour que la démocratie soit belle !

    Après 19 étapes en 2017, nous sillonnerons à nouveau l'hexagone au printemps 2018 pour vous proposer un temps fort de mobilisation, d'inspiration et de formation. Donnez un nouvel élan à votre village, votre quartier, votre ville en accueillant, le temps d'une soirée et d'une journée, l'aventure municipale de Saillans, les chansons du « temps des gens » et la découverte de techniques d'animation révolutionnaires pour la démocratie locale !

     

    Tristan RECHID

    Formateur/Animateur/Agitateur de démocratie locale

    06 21 68 89 95

    http://www.democratiesvivantes.com


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 5 décembre

    Privée ou publique,

    Quelle gestion de l'eau ?

    En 2020, la compétence eau et assainissement

    reviendra aux structures intercommunales,

    en application de la loi NOTRe

    (Nouvelle organisation territoriale de la république).

    Cette remise en question des compétences obligatoires des communes,

    qu'elles détenaient depuis deux siècles,

    va nous imposer des choix décisifs :

    confier la gestion de l'eau à une entreprise privée ou

    garder la main sur ce bien commun par la création d'une régie publique ?

    Nous en débattrons en présence de Claude Testanière,

    membre du collectif intercommunal

    pour une gestion publique de l'eau,

    mobilisé sur la ville de Manosque.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info ...

     


  • Bonsoir,

    Voici un petit résumé de notre dernier café repaire avnat l'annonce du prochain.

    A bientôt

    Et si on créait un collectif local de lanceurs d’alerte ?

    Compte-rendu du Café Repaire du 7 novembre 2017

    En résumé

    - Il s’agirait de faire une veille sur les instances de décision locale, mener des actions pour informer les citoyens et proposer des alternatives, s’allier pour être plus forts et donner plus de poids aux citoyens qui travaillent déjà sur des sujets.

    - 3 sujets pour commencer : la forêt, Linky, la gestion de l’eau.

    - des propositions d’actions sur la forêt (voir ci-dessous en jaune).

    - le Café Repaire sera l’occasion de faire un petit point sur ces actions, et permettra de faire circuler l’info.

    En détails

    Ce Café Repaire a été proposé par Thomas (Collectif Rêve et transition) qui a expliqué : « Il y a des moments où des décisions sont prises et dont les citoyens ne sont pas informés. Le collectif de lanceurs d’alerte aurait deux rôles. Une partie information/intervention. Et une partie réflexion : qu’a-t-on à proposer comme autre type de société ? » Thomas propose d’adopter le nom de Clapet, pour Collectif de lanceurs d’alerte. Nous n’avons pas tranché, mais nous décidons pour l’instant d’utiliser la liste Café Repaire pour animer ce collectif et de faire un petit point, chaque mois, en début de Repaire.

    Pour Nicholas (Radio Zinzine, SOS Forêt du Sud), « ce qui manque, c’est une alliance entre différents combats. Le problème c’est que lorsqu’on suit de près un dossier, on se rend compte que ça ne s’arrête pas au local : par rapport à la centrale de Gardanne, j’ai dû me monter plusieurs fois à Bruxelles. Et on ne peut pas être partout. Il faudrait arriver à échanger et cibler 2, 3 histoires sur lesquelles travailler. »

    Propositions des personnes présentes :

    - faire des actions visibles

    - s’investir plus dans les conseils municipaux, les réunions de collectivités

    - relayer au plus grand nombre les informations révélées par les lanceurs d’alerte locaux

    Trois sujets nous semblent être un bon point de départ pour mener des actions :

    - la forêt

    - Linky

    - la gestion de l’eau (marchandise ou bien commun ?)

    La forêt

    Nicholas nous parle rapidement des enjeux liés à la centrale biomasse de Gardanne. Suite aux pressions du président de la Région Paca, les Parcs naturels régionaux ont retiré leur recours au tribunal administratif contre le projet. L’association France Nature Environnement, menacée elle aussi d’être privée de subventions, est en difficulté.

    Pour en savoir plus : https://reporterre.net/Face-au-chantage-aux-subventions-les-parcs-regionaux-acceptent-la-centrale-de

    Il serait bien de s’intéresser à la gestion forestière de nos communes. Bien souvent, les élus signent un contrat avec l’ONF sans connaître les détails de ce qui sera fait. Pourtant, il est possible d’agir pour protéger la forêt au niveau communal. Par exemple, la commune de Saint-Vincent-sur-Jabron a pris des arrêtés pour limiter le poids des camions qui circulent sur son territoire, et a classé des espaces boisés y compris sur des propriétés privées.

    Propositions d’actions :

    - aller voir les mairies pour se renseigner sur la gestion forestière. Pour éviter des pressions individuelles, l’idée est que chaque participant à l’action se renseigne sur une commune autre que la sienne.

    - organiser des « Cafés forêts » comprenant information et promenade

    - promouvoir d’autres formes de production d’énergie, comme les centrales villageoises

    Linky

    Nous n’avons pas exploré les actions possibles. Des réunions sur le Linky ont lieu, attirent du monde, mais comment aller plus loin ? À poursuivre.

    L’eau

    Alors que la compétence de l’eau va passer des communes aux intercommunalités, les citoyens ont l’occasion de se mobiliser pour être associés à la gestion de ce bien commun. C’est ce que fait déjà un collectif à Manosque, qui revendique la création d’une régie publique à la fin du contrat de la commune avec la Saur. Ce sera le thème du prochain Repaire, le 5 décembre.