• Café Repairede Château-arnoux

     

    en collaboration avec

     

    le journal l'âge de Faire

     

    Bonjour à tous et toutes !

     

     

     

    Mardi 6 octobre 2020

     

    au restaurant Le Stendhal à Château Arnoux

     

    Un concert dessiné  ANNULÉ

     

     

     

    Le café repaire vous propose une escapade artistique

     

    le 6 octobre à 18 h 30.

     

    Le violoniste Baryton, Baltazar Montanaro

     

    et l’illustrateur Benjamin Flao

     

    donneront un concert dessiné.

     

    Ces deux artistes, créent un univers onirique, sans paroles, autour d'histoires « racontant les frontières, l’exil, le partage, et bien-sûr l’amour » ! Ce spectacle gratuit, organisé par la médiathèque départementale et la médiathèque Louis Joseph, est programmé dans le cadre de l’édition 2020 de Musiques d’automne. Il se déroulera dans la salle d’exposition du centre culturel Simone Signoret (Théâtre Durance, Château-Arnoux-Saint-Auban). Le port du masque est obligatoire et il est conseillé de réserver. Tél. : 04 92 64 44 12

     


  • Construire un nouveau commun

     

    « Réfléchissons et agissons pour construire un monde solidaire, écologique, moins discriminant et plus égalitaire. » Cette nécessité s’est exprimée lors du café repaire du 7 juillet. Nous avons constaté que nous sommes toujours un peu les mêmes, à vouloir changer les choses. Il est donc urgent de trouver de nouvelles énergies, d’agréger les différents appels à construire le monde d’après, afin de créer la force de renversement, ceci dans la joie et la bonne humeur ! Nous vous proposons donc de réfléchir lors du prochain café repaire à l’organisation d’une action « marrante » qui permettrait de rencontrer des gens dans l’espace public pour réfléchir à la construction d’un nouveau commun.

    Rendez-vous mardi 1er septembre, à 18 h, au café restaurant Le Stendhal, à Château-Arnoux-Saint-Auban.

     

    Infos militantes

    Lure en danger

    Plus de 18 zones naturelles sont sur le point d’être détruites (certaines le sont déjà) sur la montagne de Lure, à Cruis, Ongles, Banon, Malfougasse… par des multinationales (Boralex, Engie…) qui souhaitent implanter des centrales photovoltaïques. Si la loi interdit d’installer des panneaux solaires sur des terres arables, elle permet de le faire sur des sols dégradés, notamment suite à des incendies. Le collectif Elzear Lure en résistance s’est constitué pour lutter contre ce projet industriel Contacts : resistance-pv-lure@framalistes.org. Tél. : 06 64 99 77 86

     

    Les agrumes de Sicile

    Des habitant·es de la vallée du Jabron cherchent une dizaine de personnes pour créer un groupe court-circuit qui permet d’acheter une fois par mois des agrumes bio, cultivés par des petits producteurs de Sicile. Le camion fournit déjà des groupes court-circuit à Laragne et à d’autres villes en France et à l’étranger. Contact : Nicole - 06 37 26 07 20

     

     

     

     


  •  

    Café Repairede Château-arnoux en collaboration avec

     le journal l'âge de Faire

     Bonjour à tous et toutes !

     Après cette grande interruption involontaire, nous reprenons un petit coup de repaire avant la rentrée, le :

     Mardi 7 juillet 2020 de 18 à 20h

     au restaurant Le Stendhal à Château Arnoux

     Et maintenant   keskonfé ?

    Nous vous proposons un moment de discussion libre ou un forum ouvert, suivant votre envie, pour imaginer le monde d'après tel que nous le voulons. Que ce soit au niveau global ou à plus petite échelle.

    Ce sera également l'occasion de préparer la suite pour le mardi 1er septembre.

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     

     

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec

    le journal l'âge de Faire et

    l'I.U.T. de Digne Les Bains :

    Bonjour à tous et toutes !

    La prochaine soirée se déroulera le :

    Mardi 3 mars 2020 de 18 à 20h

    au restaurant Le Stendhal à Chateau Arnoux

    Pour cette soirée nous avons choisis

    un thème actuel et sociétal :

    les réseaux sociaux

    afin de discuter autour de ce sujet

    et de voir si au final il s'agit d'outils utiles

    ou si c'est un danger pour la société.

    Nous vous attendons nombreux pour discuter et n'hésitez pas à partager autour de vous l'information !

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec

    le journal l'âge de Faire et

    l'I.U.T. de Digne Les Bains :

     

    Bonjour à tous !

    En 2021 le baccalauréat changera

    en raison de la réforme qui à été décidée.

    Cette décision entraînera nécessairement

    des conséquences pour les lycéens

    mais seront-elles positives ?

    Il s'agit du thème de notre prochain café repaire du

     

    Mardi 4 février 2020 de 18 à 20h

     au restaurant Le Stendhal à Chateau Arnoux

     

    en compagnie du SNES (syndicat enseignant) et de

    la FCPE (fédération des conseils de parents d'élèves).

     Venez nombreux pour discuter !

     Et n'hésitez pas à partager l'info …

     le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec

    le journal l'âge de Faire et

    l'I.U.T. de Digne Les Bains :

    Bonjour à tous !

    Manger est vital pour survivre,

    toutefois certaines façons de se nourrir engendrent

    des problèmes de santé et dégradent l'environnement.

    C'est pourquoi le thème de notre prochain café repaire du

     

    Mardi 14 janvier 2020 de 18 à 20h

    au restaurant Le Stendhal à Chateau Arnoux

    sera

    "Manger sain et préserver la nature :

    quelles actions collectives

    pour une meilleure alimentation ?"

    Venez nombreux pour discuter !

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

     

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Bonjour à tous !

     Nous vous invitons à nous rejoindre le :

    Mardi 3 décembre 2019 de 18 à 20h

    au restaurant Le Stendhal à Chateau Arnoux

    pour débattre et partager autour du thème

    Les féminicides et les violences

    faites aux femmes.

    Les témoignages et les avis sont les bienvenus

     à cette soirée conviviale et basée sur le partage et l’échange.

     Merci d'avance

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     

     


  • Bonjour,

     

     

     

     

     

    Merci à toutes les personnes qui ont participé à ce beau Café Repaire, le 4 novembre !

     

    En pièce jointe, un compte-rendu de la soirée. Vous aurez peut-être des compléments à apporter.

     

     

    Restons en contact pour la suite !

     

    Compte-rendu du Café Repaire du 4 novembre :

     

    des communes en démocratie directe, c’est possible ?

     

     

     

    Présentation des collectifs présents

     

     

     

    Sisteron : un collectif se réunit tous les jeudis à 18h, salle Jean, à la Beaume, c’est ouvert à toute personne intéressée. Il n’y a pas encore de liste, mais une réflexion sur comment se positionner comme une contre-proposition alternative. Idées de solidarité… et de gauche.

     

     

     

    Forcalquier en commun : va présenter une liste. Une quinzaine de personnes dans la collégiale, une centaine dans les commissions. Au départ, c’est l’extension du supermarché sans consultation de la population qui a mobilisé. Des dissidents de l’équipe de Castaner sont à l’origine de la liste. La collégiale fonctionne au consentement et veut garder ce fonctionnement.

     

     

     

    Démocratie Casa (Château-Arnoux St-Auban) : va présenter une liste. Démarche : ne pas faire contre, mais faire pour – pour que les gens soient légitimes à décider pour leur commune. Se réunit chaque mercredi à 18h au restaurant Le Stendhal, et est présent chaque dimanche matin sur le marché de St-Auban.

     

     

     

    Saint-Etienne-les-Orgues : à la suite du « grand débat » de Macron, un collectif a lancé un forum-débat. Plusieurs réunions ont réuni une soixantaine de personnes. Les volontés des gens ont été listées, des commissions ont été créées : création d’une Amap, écriture d’une lettre ouverte aux élu·es (maire, adjoint·es, parlementaires) pour leur demander des comptes sur leur mandat à partir d’un questionnaire précis. Projet de créer des assemblées citoyennes qui jouxteront le conseil municipal et le conseil intercommunautaire, et se réuniront selon le même ordre du jour. L’ensemble des villages de la communauté de communes, hormis Forcalquier, ont rejoint le forum-débat.

     

     

     

    Collectif citoyen (Château-Arnoux St-Auban) : a actuellement quatre élus minoritaires au conseil municipal. Liste conduite par René Villard, qui se présente pour la 3e fois aux élections municipales. A mis en avant la démocratie participative lors de sa campagne de 2014 et a porté cette question pendant le mandat.

     

     

     

    Pierrerue : collégiale de 18 personnes. 75 personnes à la première réunion, dans un village de 500 habitants. A terminé d’écrire une charte. Prévoit que le maire mette son mandat en jeu tous les deux ans. Ceux du collectif qui veulent présenter une liste proposent que le maire démissionne au bout de 2 ans, et son successeur aussi, ce qui ferait trois maires sur six ans. A testé l’élection sans candidat, réunions pour que chacun·e puisse prendre la parole.

     

     

     

    Saint-Geniez : commune de 100 habitants. A mis en place des commissions participatives pour bénéficier des bonnes idées de tous et toutes. Exemples : restauration du patrimoine, maintien du bistrot.

     

     

     

    Digne d’avenir : présente une liste. Réunion publique début septembre, 50 à 60 personnes. Groupes de travail thématiques. Trois porte-paroles désignés par une élection sans candidat. Enrichir le programme par des réunions de terrain, sur les marchés, dans les parcs. Désigner la liste début décembre.

     

     

     

    Mirabeau : Réunions très larges, ne sait pas trop encore où ça ira.

     

     

     

    Les Mées : Le maire Gérard Paul se représente, sa liste va faire le tour des portes pour savoir ce que les habitants pensent du mandat et de ce qu’il faudrait faire à l’avenir.

     

     

     

    Soupe et bobines, Eyguians : collectif d’éducation populaire qui organise le 17 janvier une soirée sur les élections, pour que tous les gens connaissent les enjeux et puissent interpeller les listes sur la question de la participation.

     

     

     

    Propositions suite aux échanges par petits groupes

     

    Les thèmes ont été proposés par des participant·es selon la méthode du « forum ouvert », même si nous n’avions ni le temps, ni l’espace, ni le matériel pour mener celle-ci dans les règles de l’art.

     

     

     

    Communication commune

     

    - réaliser une carte des collectifs, mentionnant à quelle intercommunalité ils appartiennent, et qui serait disponible en ligne

     

    - réaliser un journal numérique de partage d’infos et d’expériences, qui serait alimenté par tous les collectifs. Envoyé sous forme de PDF pour pouvoir être imprimé localement selon les besoins, il donnerait à la fois des infos et des outils pratiques.

     

    - rédiger un communiqué de presse commun

     

     

     

    Travailler ensemble au niveau intercommunal

     

    - se relayer pour assister aux conseils d’agglo et conseils communautaires

     

    - rédiger des revendications sur le fonctionnement des communautés de communes (en s’appuyant sur le travail d’Alain sur Sisteronnais-Buëch)

     

     

     

    Partager des outils sur le budget, le côté technique de la gestion municipale

     

    - Créer une formation au cadre réglementaire de l’action municipale

     

    proposé par Catherine, sur une journée. + en complément : où aller chercher l’expertise, si on n’a pas les compétences ?

     

    - un site du ministère des finances (à préciser, j’ai raté une info) réunit les infos financières de toutes les communes, classées par strates de population. On voit l’endettement, l’autofinancement, et on peut comparer avec les communes de la même strate.

     

     

     

     

     

    Comment s’y prendre pour constituer une liste ?

     

    - exemple de Toulouse qui a constitué sa liste d’un tiers de volontaires, un tiers de tirés au sort, et un tiers de personnalités choisies pour leur engagement

     

    - exemple de Pierrerue : on demande aux gens qui ils verraient sur la liste

     

    - pour désigner la tête de liste : méthode de l’élection sans candidat

     

     

     

    Proposition de Saint-Michel-L’Observatoire (qui ne pouvait pas être là) : organiser une journée de travail commun pour creuser toutes ces questions (et d’autres).

     

     

     

    Un lien fourni par Alain :

     

    -  la formation qui met en avant l'intérêt majeur du début du 1er conseil municipal d'une nouvelle équipe élue : https://youtu.be/Q51-sRmiUAU

     


  • *Café Repaire Mardi 5 novembre de 18h à 20h Le Stendhal ­ Château­Arnoux

     


  •  

    Violences policières : pour qui et pour quoi ?

     

    Comme prévu lors du café repaire du 2 juillet, nous poursuivrons mardi 1er octobre notre réflexion sur les violences policières. Afin de nourrir notre analyse, l’une d’entre nous a rassemblé des témoignages et des écrits qui ont été communiqués aux participants du précédent café repaire. Ces documents nous amènent à nous poser plusieurs questions. Celle des objectifs visés par ces violences, de la responsabilité, de la démocratie et de l’obéissance. Nous choisirons d’approfondir ensemble une de ces questions.

     

    Rendez-vous le 1er octobre, de 18 à 20 h, au café restaurant Le Stendhal à Château-Arnoux-Saint-Auban.

     

     

     

     

     

    Bonjour,

     

    Au cours du café repaire du début de l'été, l'idée d'un deuxième rendez-vous sur le thème des violences policières avait été retenu.

     

    Ce mardi, réunis à quelques uns autour d'un texte de synthèse, les idées sur le sujet se sont étoffées pour préparer le café repaire du 1er octobre.

     

    Nous vous faisons donc parvenir ce document en pièce jointe. Il évoque quelques témoignages, les cadres juridiques et légaux de l'action policière et propose à la réflexion quelques questionnements de fond.

     

    Nous vous proposons d'en prendre connaissance et si vous le souhaitez, de réagir et de la compléter à votre façon. Vous pouvez également choisir une question dans celles proposées à la fin, ou en formuler une qui vous tient à cœur.

     

    Vous pouvez envoyer vos réactions et vos propositions à cette adresse mail : catherine.saadoun@gmail.com

     

    Elles seront présentées en ouverture des échanges et nous choisirons ensemble un ou deux questionnements qui feront le cœur des débats.

     

    A vos claviers !

     

    Vous trouverez également ci-dessous la lettre d'Eric au recteur de Nantes écrite suite au café repaire de septembre.

     

    Bien cordialement et à bientôt.

     

    Pour le café repaire,

     

    Nicole et Pascal.

     



     



     

     

     

    Monsieur William MAROIS,  recteur de l’Académie de Nantes

     

     

     

    Cette lettre vous est adressée, par un père aimant ses enfants et tous les enfants, suite à la disparition, puis la mort, de Steve Maia Caniço, dans la Loire, le soir de la Fête de la musique.

     

    Mon fils va commencer des études dans un lycée à Nantes à la rentrée prochaine, et au vu de son âge et de ses goûts, il ne me surprendrait pas qu’il se trouve dans des lieux festifs, soit les quais de Loire, soit d’autres que je ne connais pas, à faire la fête et à danser. Dois-je le mettre en garde contre les forces de l’ordre (nouveau) et lui apprendre à se méfier de tous les représentants de l’État, ou pouvez-vous me garantir que nul jeune, sur votre académie, ne peut être mis en danger par ceux qui sont chargés d’assurer la défense des citoyens et de nos visiteurs ?

     

    Je demande que tous les représentants de l’État n’aient de cesse de demander que toute la lumière soit faite sur ce terrible drame. Et que soit traduit devant la justice l’ensemble des responsables de cette attaque en règle, par personne dépositaire de l’autorité, sur des jeunes fêtards qui ne faisaient de tort à personne, si ce n’est qu’ils et elles aimaient la vie, et qu’ils elles le démontraient en dansant.  

     

    Merci, Monsieur le recteur, de me rassurer, moi et tous les parents de jeunes qui se trouvent ou se trouveront à Nantes.

     

    En attendant de vous lire, veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs, dûs à votre fonction qui peut s’avérer déterminante. 

     

    E. Vuoso

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     Mardi 10 septembre 2019 de 18 à 20h

     au Stendhal, centre culturel Simone Signoret

    Café Repaire :

     on reprend en douceur !

    Pour ce Café Repaire de rentrée, nous vous proposons un moment d'échange libre sur les sujets qui vous tiennent à cœur. Nous pourrons lister les thèmes sur lesquels nous aimerions travailler cette année. Nous vous parlerons d'un échange en préparation avec des étudiants de l'IUT de Digne. Et nous pourrons préparer le Café Repaire du 1er octobre, sur les violences policières : en début d'été, nous nous sommes mis d'accord pour organiser un nouveau rendez-vous sur ce sujet, en essayant de mobiliser un maximum de personnes.

    Et n'oubliez pas que vous pouvez profiter du Café Repaire pour vous approvisionner en thés et infusions de la Scop Ti, les anciens Fralib de Gemenos !

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

     

     


  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 2 juillet 2019 de 18 à 20h

    au Stendhal, centre culturel Simone Signoret

    Atelier sur les violences policières

    Répression des militant.es, blessé.es graves sur les manifestations, charge policière en bord de Loire lors de la fête de la musique... Nous connaissons depuis plusieurs mois une dérive inquiétante des forces de l'ordre. Nous vous proposons un moment de partage d'informations et de travail collectif sur ce sujet : lectures, projection d'une vidéo, écriture d'une lettre au préfet de Nantes...

    Si vous connaissez des textes, émissions radio ou vidéos intéressantes sur le sujet, n'hésitez pas à venir avec.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     


  • Consigne du verre : compte-rendu du Café Repaire du 4 juin

    « Consigne du verre : pourquoi pas chez nous ? » C’était le thème du Café Repaire du 4 juin à Château-Arnoux. Nous avions invité Fabrice Menc (qui produit les sirops « Cueilleur de douceurs » et est en passe de mettre en route une bière artisanale), Sébastien Réby (brasseur à Sisteron de la Bière de la Durance; Natacha Nugue, chargée de mission « Territoire zéro déchet » pour Provence Alpes Agglomération, et le CAT (producteur de jus de fruit), qui n’a pas pu venir.

    Les producteurs de boissons ont expliqué qu’ils ont déjà réfléchi à la consigne des bouteilles, mais que, de façon individuelle et même en petit collectif, plusieurs contraintes sont difficiles à surmonter :

    - il faut atteindre des volumes suffisants de bouteilles lavées pour que ce soit viable

    - il ne faut pas que les bouteilles soient transportées sur de trop longues distances

    - il faut organiser le ramassage et les livraisons

    - il faut trouver, pour chaque produit, la bouteille et l’étiquette adaptées

    - il ne faut pas que l’opération soit plus coûteuse pour le producteur que l’achat de bouteilles neuves

    - il faut un équipement professionnel pour que l’hygiène soit irréprochable

    - le système ne doit pas générer trop de temps de travail supplémentaire pour le producteur

    Malgré ces contraintes, plusieurs brasseurs auraient envie d’appuyer un tel projet et seraient prêts à faire des efforts (par exemple choisir un modèle commun de bouteilles) pour qu’il puisse être lancé. Mais ils ne peuvent ni le porter ni le financer eux-mêmes. Il faudrait qu’un ou des porteurs de projet s’emparent de l’idée, que ce soit sous forme d’association, d’entreprise ou de coopérative.

    Les participant·es ont estimé que pour atteindre des volumes suffisants, l’implication de viticulteurs serait nécessaire.

    La participation de la collectivité a été évoquée. En effet, les citoyen·nes financent, par leurs impôts, la collecte, le transport et le recyclage d’emballages en verre, en plastique, en métal et en carton. Le verre, parce qu’il se recycle à l’infini et peut être revendu à un verrier qui va le fondre pour fabriquer de nouveaux contenants, est considéré comme une matière moins problématique que le plastique. C’est pourquoi un projet de consigne ne sera pas forcément vu comme une priorité par les décideurs. Toutefois, on peut s’interroger sur la pertinence du système actuel, d’un point de vue écologique et économique : les bouteilles que nous mettons dans les conteneurs de tri sont transportées à Béziers, à 300 km, pour être recyclées.

    Des participant·es ont souligné que le coût de la consigne est une question collective : il ne peut pas reposer que sur les producteurs. Un système de consigne peut être porté par un groupe de citoyen·nes. Cependant le choix politique de la collectivité, qui privilégie pour l’instant le recyclage, peut être questionné.

    Natacha Nugue a précisé que la Région Paca, qui est en retard en matière de politique de réduction des déchets, a fait de cette question l’un de ces objectifs. Il pourrait donc être possible de trouver des financements pour un projet de consigne à l’échelle du département. Il faudrait cependant commencer par mobiliser un nombre important d’acteurs (producteurs et vendeurs de boissons), et mener une étude de marché pour vérifier qu’un tel système serait viable économiquement et pertinent écologiquement, dans un département rural et peu peuplé comme le nôtre.

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 2 avril 2019 de 18 à 20h

    au Stendhal, centre culturel Simone Signoret

    Adapei 04 :

    « eh bien, fusionnez maintenant ! »

    Comme de nombreuses associations de prise en charge du handicap, l’Adapei 04 est en train de fusionner avec une association marseillaise trois fois plus grosse afin de rentrer dans les clous d’une gestion « performante ».

    Quelles conséquences pour les personnes accompagnées et pour les salarié.es ?

    Nous en parlerons avec une syndicaliste, et avec tous les acteurs (salarié.es, personnes handicapé.es, membres du conseil d'administration...) qui souhaiteront venir apporter leur témoignage. En partenariat avec L'âge de faire, qui publie une page sur le sujet dans son prochain numéro.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

     

     


  • CAFE REPAIRE DU STENDHAL ? MARDI 5 MARS à 18 H

     

    Contre les pesticides, « nous voulons des coquelicots »

    Chaque premier vendredi du mois dans toute la France, les signataires de l’appel « Nous voulons des coquelicots » se réunissent sur les places de mairies pour demander l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Comment s’organise le mouvement dans le 04 ? Quelles actions pour que les collectivités locales prennent position ? Nous en parlerons avec des « coquelicots » locaux !

    *café repaire de mars: Pesticides et coquelicots



  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

     en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     Mardi 5 février 2019 de 18 à 20h

     

    Gilets Jaunes : et maintenant ?

     

                                    Où en sont les actions locales des Gilets Jaunes ?

     Qu’a apporté ce mouvement sur notre territoire ?

     Que retirent ses participants de cette expérience ?

     

    Qu’envisagent-ils pour la suite ?

     

     

    Nous en parlerons avec des Gilets Jaunes

     

    de différentes communes

     

    lors du prochain Café Repaire.

     

     

     

    A bientôt !.

     

     

     

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

     

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

     

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

     


  • Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 4 décembre 2018 de 18 à 20h

    Bannir la frontière du handicap

    Une fois par mois, des bénévoles de l’association Handicap-Évasion

    partagent avec des personnes en situation de handicap,

    une randonnée en montagne, un événement sportif,

    une sortie culturelle, un atelier théâtre…

    L’accompagnement de cinq personnes à mobilité réduite,

    nécessite la présence de vingt bénévoles.

    Quelques membres de cette association accompagnés

    d’un représentant du Comité Départemental Handi-Sport,

    viendront témoigner de ces moments de rencontre

    et présenteront l’offre de loisirs dans notre département..

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     


  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     

    Mardi 2 octobre 2018 de 18 à 20h

     

    Vidéosurveillance, du bluff ?

     

    La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir de 2007.

     

    Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme.

     

    Pour le sociologue Laurent Mucchielli, cette promesse sécuritaire est un bluff.

    Il l'a expliqué dans un livre après avoir enquêté dans trois villes françaises.

    Le café repaire vous propose une rencontre avec :

     

    Laurent MUCCHIELLI

    directeur de recherche au CNRS.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

     

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

    La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

    Publié le 05/03/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

    Mucchielli-Laurent © Claude ALMODOVAR/LA GAZETTE Dans un livre à paraître le 7 mars prochain, le sociologue Laurent Mucchielli relance la polémique sur la vidéosurveillance. S'appuyant sur une enquête de terrain, il dresse un bilan accablant de son efficacité et fustige le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique. Entretien.

    A quoi sert la vidéosurveillance ? Si certains élus prétendent y voir un outil de dissuasion, d’autres vantent ses vertus en termes d’élucidation judiciaire. En France, aujourd’hui, 3500 municipalités, de droite comme de gauche, en seraient équipées et se disent unanimement convaincues par son utilité dans la panoplie de lutte contre la délinquance, justifiant  au passage son poids conséquent dans leurs budgets.

    Et pourtant, depuis plus de vingt ans, le monde scientifique, par la voix de chercheurs français et étrangers, ne cesse de juger, chiffres à l’appui, l’impact très limité de la vidéosurveillance sur l’insécurité. C’est ce que rappelle le sociologue ­Laurent ­Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’université ­d’Aix-Marseille, dans un ouvrage sans concession à paraître le 7 mars, « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéo­surveillance » (éditions­ Armand ­Colin).

    S’appuyant sur une enquête de terrain, l’universitaire passe au crible les rouages politiques, économiques, sociaux et techniques de la vidéosurveillance pour « sortir des imaginaires et des discours » et produire une évaluation réelle, qui n’a jamais été établie à ce jour par les autorités. Dans cet entretien accordé à « La Gazette », il enfonce le clou et dresse un bilan particulièrement sévère de cet outil, insistant sur le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

    A quoi sert vraiment la vidéosurveillance ?

    Je constate tout d’abord qu’enregistrer des images utilisables ensuite par les policiers ou les gendarmes dans leurs enquêtes a une efficacité réelle mais très limitée. La présence d’images utiles n’est avérée que dans 1 à 3% du total des enquêtes réalisées dans l’année sur la commune. On peut penser que « c’est toujours ça de pris » mais aussi savoir que c’est très peu et s’interroger sur le rapport coût-avantage.

    Deuxièmement, chercher à sécuriser un lieu précis à l’aide de la vidéo (le parking d’une gare où ont lieu beaucoup de vols dans les voitures, ou bien un square où a lieu du deal de drogues) conduit bien à réduire le problème à cet endroit précis mais ne le fait pas disparaître, ça le déplace vers un autre endroit de la ville.

    Par ailleurs, employer des agents municipaux (policiers ou ASVP) pour regarder les écrans dans un Centre de supervision urbain (CSU) est à peu près inutile du point de vue de la lutte contre la délinquance. Cette « détection en direct » étant très faible, cela conduit à un détournement du système vers d’autres usages, le plus rentable étant la vidéoverbalisation. Une ville peut faire ce choix mais dans ce cas il faut dire la vérité à la population : les caméras ne la protègent pas des vols ou des agressions, elle accroissent la répression des infractions routières.

    Quatrième constat : la construction d’un CSU et l’emploi d’agents municipaux coûte cher et réduit les effectifs disponibles sur le terrain. Or, dans toutes les villes, les élus et les chefs de police disent regretter de ne pas pouvoir faire de la police de proximité faute d’effectifs. C’est une contradiction majeure.

    Enfin, dire que la vidéo aide à nous protéger du terrorisme est une sottise ou un mensonge. Dans tous les cas survenus ces dernières années, quand le terroriste a survécu on retrouve des images de lui après coup. Quand tout le monde est déjà mort. Cela ne sert donc à rien et c’est même au contraire utilisé par nos ennemis dans leur stratégies d’endoctrinement des jeunes.

    Vous n’hésitez pas à qualifier la vidéosurveillance de « gaspillage de l’argent public » ?

    Mon métier de fonctionnaire de la recherche me permet de parler sans langue de bois, devoir de réserve ni conflit d’intérêt. J’étudie un objet avec des méthodes scientifiques et je tire les ...

    Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
    i

    Contenu réservé aux abonnés

    • Gazette des communes
    • Club prévention - sécurité

    Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

    PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

     


  •  

     


    Bonjour,

    Petit rappel pour les personnes qui se sont inscrites à la formation "démocratie locale" avec Tristan Rechid, de Saillans :

    RDV le samedi 29 et le dimanche 30 à la salle Joie et Soleil, à Saint-Auban (près de l'aérodrome). Horaires : de 9h à 18h. Prévoir un casse-croûte. Participation libre pour payer la salle et défrayer l'intervenant (si possible autour de 30 euros par personne).

    Si vous ne vous êtes pas inscrits, ce n'est pas trop tard : il reste des places.

     

    Si vous n'êtes pas dispo tout le week-end, n'hésitez pas à nous rejoindre le samedi soir à 20h30 pour une soirée conviviale. Et faites circuler l'info !

     

     Le temps des gens : Saillans et la belle démocratie

     

    Soirée conviviale conférence concert : samedi 29 septembre à 20h30

     

    Prix libre – petite restauration

     

    Week end de formation samedi 29 et dimanche 30 de 9h à 18h

     

    renseignements au 0683534877

     


  • Café Repairede Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire:

    Mardi 4 septembre 2018 de 18 à 20h

     

    Le TAFTA-CETA ou en est-on ?

     

     


    Après la signature du Tafta avec les États-Unis, un nouvel accord de libre échange

    est en cours entre l’Union européenne et le Canada. La France prévoit de le ratifier,

    d’autres pays refusent.

     

    Santé, alimentation, environnement…

    Qu’est-ce qui pourrait changer ?

     

    Qu’est-ce qu’on peut faire ?

     

     

    Un débat contradictoire entre pro et anti CETA est organisé en octobre a Digne avec la députée Delphine Bagarry.

     

    Jean Louis Odekerken

    Viendra nous faire le point sur ce sujet toujours d’importance.

     

     

    A bientôt !.