• Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

    Mardi 6 novembre 2018 de 18 à 20h

    L'intercommunalité et nous

    La communauté de communes du Sisteronais-Buëch regroupe

    pas moins de 62 communes réparties sur 3 départements et 2 régions !!!

    Un tel gigantisme favorise la personnalisation du pouvoir présidentiel

    et la main mise du technicien sur le politique.

    Dans ces conditions, comment peut s’exercer la démocratie ?

    Venez en débattre en présence

    d’Alain Paulien, un habitant de Valernes

    très au fait de ce dossier,

    et qui a travaillé sur l’augmentation des taxes locales.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

     


  • Bonjour,

     

    L'association « cinéma de pays » recherche un jeune qui serai intéressé par un service civique, si vous connaissez quelqu’un qui serait intéressé, faites le savoir,

     

    Amicalement,

     

    Christian

     

    De : CINÉMA DE PAYS Association [mailto:cinemadepays@gmail.com]
    > Envoyé : mercredi 24 octobre 2018 18:32
    > À : undisclosed-recipients:
    > Objet : OFFRE DE POSTE URGENT

     

    *OFFRE DE POSTE URGENT

    À DIFFUSER LARGEMENT AUTOUR DE VOUS, merci


    > --

    Jean-Marie CAYET, Administrateur
    > Association ADAMR-Cinéma de Pays
    > Z.A. Les Bastides Blanches - 16, rue du Roussillon - 04220 STE-TULLE  France
    > Tel bureau : 09 63 04 56 52 - 07 89 08 95 56

    Site Web : cinemadepays.wixsite.com/cinema


  •  

    Carrefour du SEL des Mées. (Info HORS-SEL diffusée par A sur demande de Daniel).

    Bonjour, Tout comme l'année dernière, notre petit groupe de jardinier.e.s (dont font partie Claudie, Michel et Guillaume) organise un troc de semences. Merci par avance de bien vouloir diffuser l'info auprès de nos adhérents. Amitié Daniel

    Si tu veux du bonheur pour une journée seulement enivre-toi;
    Si tu veux du bonheur pour un mois, marie-toi;
    Si tu veux du bonheur pour une année, tue ton cochon;
    Si tu veux du bonheur pour toute la vie, fais-toi alors jardinier
    Vieux proverbe chinois.
     


    *Carrefour du SEL des Mées: HORS-SEL Troc de graines et plants

    Troc de semences et plants

    Quand?  Le samedi 3 novembre de 13h à 17h Où?   A Mallemoisson Organisé par les écolo-jardiniers Les écolo-jardiniers est un groupe jardiniers et jardinières passionné.e.s de jardins durables et qui souhaitent œuvrer pour un développement de la diversité aussi bien naturelle que cultivée. Produire et échanger ses semences, c'est une façon de défendre ce que nos ancêtres nous ont transmis et ainsi de lutter contre la confiscation du vivant et l'uniformisation à outrance. Les graines mais aussi les plants et boutures sont les bienvenus. Seront présents des fleurs, des légumes, des fruitiers, des plantes médicinales, des arbustes, des plus communs aux plus originaux, des espèces sauvages, des variétés anciennes... Et si vous n'avez vraiment rien, vous pouvez toujours venir avec des récoltes du potager, des confitures, des boissons, des bouquins... Pensez à apporter des enveloppes vides. Nous vous attendons nombreux pour récupérer des semences, échanger des savoir faire, des idées autour du jardin, sans échanger d'argent et en toute convivialité.   Pour toute information complémentaire vous pouvez contacter Elizabeth au 06 83 59 06 44 et elizabeth.hollings16@gmail.com


  • Lundi 22 octobre, Enedis, en présence de la sous-préfète Fabienne Ellul, invitait 21 maires, principalement de la montagne de Lure, à une réunion "d’information", à laquelle étaient finalement conviés deux des trente opposant·es venu·es exprimer leur refus du Linky devant la salle de la Gardette (et qui parvinrent à assister tou·tes à la fin des débats).

     

     

     

    Eh bien non, les maires ne sont pas les moutons dont rêve Enedis. Des élu·es, notamment de Saumane, Revest-des-Brousses, Reillanne, sont venu·es chambouler le dispositif de communication bien rôdé d’Enedis pour exprimer avec sincérité et parfois crûment leur incompréhension et leur exaspération face au bulldozer Linky.

     

     

     

    Ils ont abordé de nombreux thèmes, dont

     

     

     

    - la tentative de déposséder les communes de leurs prérogatives et de la propriété du réseau basse tension, dont les compteurs, par des recours administratifs contre leurs décisions conservatoires et à la faveur de la négociation des nouveau contrats de concession avec Enedis pour 2022

     

     

     

    - le non respect des normes de sécurité électrique par le Linky et les modalités de son déploiement, l’obligation pour Enedis d’assumer les travaux nécessaires du fait que Linky possède des fonctions différentes de celles des compteurs antérieurs et l’impossibilité pour les communes et la population d’engager en amont les travaux sur les installations existantes

     

     

     

    - les risques sanitaires induits par le surplus d’ondes électromagnétiques et particulièrement le CPL, courant porteur en ligne, qui instille de façon quasi permanente dans la totalité du circuit électrique des pulsations générant des ondes dans des fréquences pour lesquelles l’étude des effets physiologiques préconisée par l’ANSES, Autorité nationale de sécurité sanitaire, n’a pas été effectuée

     

     

     

    - l’inutilité d’un comptage au niveau individuel des flux d’injection et de soutirage de courant pour l’intégration des énergies renouvelables mais, en revanche, l’utilité du Linky pour ouvrir complètement le marché de l’électricité à la concurrence, concomitamment à la fragilisation des dispositifs de régulation par la privatisation des barrages

     

     

     

    Non, Monsieur Matheron (directeur territorial d’Enedis 04-05), la polémique n’est pas l’œuvre d’individus malfaisants. Elle est l’œuvre d’Enedis, de l’accumulation de ses mensonges, de ses procédés sournois et brutaux, dénoncés jusque par la ministre même qui avait signé la loi portant déploiement des compteurs communicants, Ségolène Royal, réaffirmant en avril 2017 que celui-ci « ne doit en aucun cas être une contrainte imposée aux usagers », où que se situe leur compteur.

     

     

     

    Et, des contre-vérités, nous y avons encore eu droit !

     

     

     

    Arguant de sa mission de service public, Enedis nous est présenté comme une entreprise publique n’ayant rien à vendre. Comme si l’on pouvait ignorer qu’il s’agit d’une société anonyme, filiale d’une autre société anonyme qui a beaucoup de mal à vendre ses centrales EPR. Comme si la Cour des comptes n’avait pas souligné – une participante y a fait allusion – que le programme Linky rapportait beaucoup à Enedis, aux dépens des usager·es. Comme si les déclarations de M. Monloubou, pdt du directoire d’Enedis sur l’inscription de sa firme dans le « Big data » étaient dénuées de visée commerciale.

     

     

     

    Enedis énonce le programme Linky en trois lettres : PPP, pour Permettre, Permettre, Permettre. Alors que tout y repose sur une obligation ! M. Matheron l’a répété : « Linky est obligatoire ». Pour lui, l’abonné peut refuser l’entrée de son logement, il ne peut en aucun cas refuser le Linky, tôt ou tard il devra l’accepter.

     

     

     

    Enedis continue de nier l’évidence au sujet du CPL du Linky « procédé filaire qui ne dégage pas d’ondes », alors que le CSTB, Centre scientifique et technique du bâtiment, mandaté officiellement  par l’ANSES, a prouvé le contraire.

     

     

     

    On n’en finirait pas de relever les affirmations oiseuses. Ce n’est pas ainsi que se rétablira la confiance et la sérénité exigée des participant·es par Madame la Sous-préfète !

     

    Face à tant de dissimulation, il est devenu impossible d’accorder foi aux affirmations selon lesquelles, par exemple, le "breaker" unipolaire du Linky serait une protection supplémentaire à celle du disjoncteur, et serait étalonné à l’identique des compteurs antérieurs pour couper le circuit en cas de dépassement de la puissance autorisée par le contrat, malgré la modification du mode de comptage.

     

     

    Bref, la lutte continue !


  •  

     

    Vendredi  2 novembre  à EYGUIANS - Garde Colombe 18h30, salle polyvalente

    L’aide aux migrants: un délit ?

    La loi «asile et immigration» peut-elle interdire la fraternité ?

    Venir en aide aux migrants dans le Buech : Comment faire ?

     

    Bonjour à tous, notre première soirée soupes et bobines de « rentrée 2018 2019 »,  sera consacrée au « délit de solidarité ».

     

    La situation de l’accueil des migrants sur notre département reste critique : des jeunes sont « déminorisés » en nombre  par le département et remis à la rue , la maison Cézanne à gap vient d’être expulsée,  des bénévoles solidaires sont inquiétés, 7 jeunes passent en procès le 8 novembre à Gap (*) ..

    Des familles s’engagent pour pallier les déficiences de l’état et du Département , des solidarités de proximité s’organisent .. mais il est nécessaire de faire le point sur la nouvelle législation , la définition du concept de fraternité dans  notre constitution, les éléments qui permettent de s’engager  au quotidien sans laisser place aux peurs et aux rumeurs. Et d’être présent et solidaire sur ces questions de dignité humaine.

     

    (*) A noter !

    Le 8 novembre, au TGI de Gap, se tiendra le procès des « 3+4 de Briançon »: Pour rappel , ils -elles sont  poursuivis pour aide à l'entrée irrégulière d'étrangers sur le territoire français en bande organisée, et risquent 10 ans de prison et 750000 euros d'amende. Le soutien s'organise en Suisse, en France, en Italie et ailleurs. 

     

    Pour soutenir les « 3+4 » inculpés voici quelques moyens :

    > Une pétition lancée par la CIMADE à signer en ligne : https://www.lacimade.org/agir/nos-petitions/liberte-et-relaxe-pour-les-7-de-briancon/
    > Un site internet où trouver petit à petit toutes les infos et outils nécessaires pour se mobiliser https://relaxepourles3plus4.jimdofree.com/
    > Une cagnotte pour aider financièrement les inculpés  https://www.gofundme.com/liberte-pour-les-7-de-briancon

    > Se retrouver le 8 novembre à partir de 8 h devant le tribunal de Gap , attention prévoir que l'audience risque de durer fort tard  

     

    https://voxeurop.eu/files/images/article/migrants_in_europe_vasco_gargalo.jpeg?1506454111

    Nombreux sont ceux qui, dans le Buech, apportent une aide aux migrants présents (aide matérielle, logement, accompagnement administratif, ..), ils sont nombreux mais pas assez au regard des besoins. Nombreux sont aussi  ceux qui voudraient apporter leur aide mais ne savent pas comment faire, ni s’íl y a des risques et lesquels.

                         

    Le 8 Novembre prochain se tiendra à Gap le procès des « 3+4 de Briançon » à qui il est reproché l’ ''aide à l'entrée sur le territoire français d'étrangers en situation irrégulière, le tout en bande organisée'' autrement dit : avoir participé à une marche solidaire à la frontière italienne en compagnie d'étrangers venus demander asile en France. Ces personnes risquent 10 ans de prison et 750.000€ d'amende.
    Ce procès arrive dans le contexte de la loi Asile et Immigration ( 2 Août 2018 ) et des décisions du Conseil Constitutionnel interpellé sur la notion de fraternité.
    Ces faits nous interrogent sur l'accueil des migrants et nous invitent à réfléchir aux modalités de cet accueil. L'hospitalité ne va pas de soi aujourd'hui mais dans le passé non plus. Les coutumes ou les religions puis les états ont dû en codifier les règles pour garantir des sociétés paisibles. Aujourd'hui le monde occidental se replie et peine à accueillir les étrangers démunis venus demander asile et protection. Ce repli heurte nombre de citoyens qui souhaitent que soit pensé et organisé cet accueil alors qu'ils se retrouvent à agir dans l'urgence pour faire face à des situations de détresse et, qui plus est, qu’ils sont confrontés à une législation répressive née de la lutte antiterroriste.
    Comment accueillir, protéger? Comment permettre aux migrants en errance de retrouver la possibilité d'un lieu et d'une vie choisie? Accueillir est-il un choix ou une nécessité ? Quelle est dans cette question la place de l'individu, celle de la politique ?

     

    Cette soirée se propose d'aborder :

    La question du « délit  de solidarité » et du cadre de l'aide :

    -          L'aspect législatif : que dit la nouvelle loi ? Protège-t-elle du ''délit de solidarité''? Que changent les décisions du conseil Constitutionnel sur la notion de fraternité?

    -          Le procès, le 8 novembre à Gap, des 3+4 de Briançon : circonstances et enjeux.

     

    La situation de l'accueil dans le Buëch :

    -          Qui fait quoi en matière d’aide aux migrants ? Les engagements individuels ou collectifs sont nombreux mais insuffisants. Comment contribuer ? Est-il risqué d'apporter son soutien ?

     

    Les enjeux politiques :

    Toutes ces questions liées à l'urgence ne peuvent se concevoir sans réfléchir plus largement à l'aspect politique de l'accueil.

    -          Que dit le durcissement des répressions (à l'égard des migrants et des personnes solidaires) de la volonté et de la capacité des politiques à traiter ce problème mondial dans le cadre national ?

    -          Comment sortir d'un traitement dans l'urgence qui épuise les solidarités, décourage le besoin de fraternité ? Comment créer les conditions nécessaires pour garantir le droit constitutionnel à la migration ?

     

    18h30 : Présentation

    18h45 : Films et témoignages

    20h00 : Brèves du Buech et Soupes

    21h00 : Suite des débats

    Avec la participation de membres du réseau éducation sans frontières, du comité de soutien aux « 3+4  de Briançon », de tous migrants, et d’autres collectifs.

    Participation libre Organisé par le collectif « soupes et bobines », ipns, 2018 Contact : soupesetbobines@orange.fr 

     

    Tous les details sur : https://soupesetbobinesblog.wordpress.com/          

     

    A bientôt ici ou là !

    Le collectif « soupes et bobines »


  •  

    *Soirée Objectifs Nature "Le temps des forêts" le 25 octobre au Cinématographe en présence du réalisateur

    Pré-achat des billets sur le site du Cinématographe
    Adhérents Objectifs Nature en Haute-Provence 5€ à la caisse sur présentation de la carte


  •  

    Bonjour a tou-te-s

    Dans un peu moins d'un mois , le procès des 3+4 se tiendra au TGI de Gap  Pour rappel , ils -elles sont  poursuivis pour aide à l'entrée irrégulière d'étrangers sur le territoire français en bande organisée, et risquent 10 ans de prison et 750000 euros d'amende Le soutien s'organise un peu partout en Suisse , en France , en Italie et ailleurs aussi   1-une pétition à signer ,diffuser , partager le +possible https://www.lacimade.org/agir/nos-petitions/liberte-et-relaxe-pour-les-7-de-briancon/
    2-Un site internet sur lequel vous trouverez petit à petit toutes les infos et outils nécessaires pour se mobiliser https://relaxepourles3plus4.jimdofree.com/
    3-une cagnotte pour aider financièrement  https://www.gofundme.com/liberte-pour-les-7-de-briancon
    4- soirée de soutien  le 27 octobre à Marseille 19 h , plus d'info sur fb :collectif soutien migrants 13 / el manba 5- soirée de soutien  à Paris le 3 novembre , salle La Générale avec nos amis de la fanfare invisible 6 - soirée de soutien le 7 novembre à Guillestre , avec concert ( ESKA, compagnie KTA, Massilia Sound System) 7 - Rassemblement le 8 novembre à partir de 8 h devant le tribunal de Gap , attention l'audience risque de durer fort tard  


  •  

    Pour information, soutien et l’interview de la réalisatrice du film « Un Paese di Calabria » à savourer…

     

     

     

    De : Annie Carton <carton06@aliceadsl.fr>
    Envoyé : mardi 16 octobre 2018 20:58
    À : resf06@rezo.net
    Objet : [Resf06] Vous avez suivi la belle histoire du village calabrais de Riace ? c'est le moment de défendre son maire et ses habitant.e.s !

     

     

     

     

     

    Ce maire de Riace a réussi, en quelques années, à sauver son village calabrais de la désertification et de la ruine, en accueillant des dizaines de familles de réfugié.e.s : champs remis en culture, maisons restaurées, école rouverte, café, épicerie, lieux de culture et de rencontres, commerce local, artisanat du monde, convivialité…

     

    Et aujourd’hui, les dirigeants d’extrême-droite de l’Italie se vengent :

     

    - L'arrestation du maire de Riace, modèle d'intégration des migrants, fait polémique   https://www.ouest-france.fr/europe/italie/italie-l-arrestation-du-maire-de-riace-modele-d-integration-des-migrants-fait-polemique-6001363

     

    - En Italie, le maire « promigrants » de la ville de Riace arrêté  https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/10/03/en-italie-le-maire-de-la-ville-pro-migrants-de-riace-arrete_5363815_3214.html

     

    - Communiqué LDH : (cliquer pour lire, signer et diffuser la pétition )

     

    Le maire de Riace, ville d’accueil pour les migrants, doit être immédiatement libéré 

     

     

     

    - Le film « Un Paese di Calabria » : l'immigration à contre courant - un documentaire sensible et beau qui raconte à plusieurs voix la vie de Riace, un village du sud de l’Italie, devenu depuis plusieurs décennies un havre de paix pour les réfugiés, à qui il doit sa renaissance grâce à l'arrivée de ces nouveaux visages, nouveaux travailleurs, nouveaux enfants...Une réponse imparable aux politiciens qui prônent la haine, le racisme et la ségrégation ! https://www.youtube.com/watch?v=8SUuGYYOoYc

     

    Qui prendrait l’initiative de faire revivre nos villages de la même façon ?

     

    nous serions à ses côtés…

     

     

     

    Image
              associée    Image
              associée    Résultat
              de recherche d'images pour "riace calabre"

     

    cid:image003.jpg@01CEE09A.7E0B53A0 

     

    http://www.educationsansfrontieres.org/ 

     

    Pour nous écrire :   Resf06@gmail.com 

     

    https://www.facebook.com/groups/239092159470486   

     

     


  • Communiqué

    Les organisations des Alpes-Maritimes signataires appellent à soutenir pleinement Cédric Herrou (cf. son appel ci-dessous), attaqué en justice ce 22 octobre par le Préfet pour « injure publique », phrase rhétorique émise au conditionnel. Cette stratégie des pouvoirs publics ne saurait faire oublier que, dans ce département, les droits fondamentaux des personnes migrantes sont régulièrement bafoués. Enfin, nous dénonçons l’acharnement policier à son encontre, depuis le dispositif en place autour de son domicile jusqu’à la dernière et dixième interpellation abusive ce 15 octobre en gare de Nice.

    SOMICO06 (SOutien MIgrant.e.s COllectif 06) : Artisans du monde 06, ATTAC France, Attac 06, Citoyens solidaires 06, Collectif citoyen Bevera, Défends Ta Citoyenneté !, FCPE, FSU 06, LDH Paca, LDH Nice, Mouvement de la Paix, MRAP 06, Planning familial 06, Réseau décolonial 06, RESF 06, Roya Citoyenne, Solidaires 06, Solidaires étudiant-e-s Nice, Syndicat des Avocats de France (SAF), Vallées solidaires 06. Ainsi que : Diem 25, Ensemble!06, France Insoumise 06, Médecins du Monde, NPA06, UD CGT 06, PCF06

    -------------------------------------------------------------------------------------------------
    Le lundi 22 octobre 2018 à 13h30 au Tribunal correctionnel de Nice
    aura lieu le procès initié contre moi par le préfet du département des
    Alpes-Maritimes, Georges-François Leclerc, pour injure publique.

    Retour sur les faits

    Le 11 juin 2017, plus d'une centaine de personnes en migration, d'exilés, sont chez moi, à Breil-sur-Roya, afin d'accéder à leurs droits et déposer ainsi une demande d'asile. 

    Comme d'habitude, j'informe par email la gendarmerie du village de notre départ pour le lendemain, avec une note particulière au préfet des Alpes-Maritimes, pour lui préciser que le transport doit, selon la loi, être à sa charge. Je ne reçois aucune réponse écrite du préfet mais une réponse physique, et offensive, de sa part : le lendemain matin, l'accès au train pour les demandeurs d’asile est bloqué par la police ferroviaire ainsi que par la gendarmerie mobile, un dispositif jusqu'alors jamais vu en gare de Breil sur Roya.

    A ce moment, le 12 juin 2017 à 10h30, je publie sur ma page Facebook Cédric Herrou la phrase suivante : « Peut-être le préfet des Alpes-Maritimes pourrait s’inspirer des accords avec la SNCF pendant la 2e guerre pour le transport des juifs pour gérer le transport des demandes d’asile… bref » 

    S'inspirer du pire pour faire le meilleur...

    Mon but était de lancer l’alerte et provoquer un débat public afin que le préfet se penche enfin sur notre vallée, sur notre situation, et nous aide à trouver des solutions adaptées.

    Après cela, nous avons dû prendre la route durant 3 jours à travers les montagnes afin de rejoindre Nice à pieds. Partout sur la route, nous avons été accueillis à bras ouverts, les citoyens se sont mobilisés. Enfin les demandeurs d'asile sont arrivés à Nice et se sont inscrits auprès de la PADA (Plateforme d'accueil des demandeurs d'asile).

    Le préfet a porté plainte après cette publication pour injure. Je serai donc en procès pour avoir vexé un préfet alors que notre vallée subit depuis 3 ans les conséquences d'une gestion catastrophique de la migration. 

    Depuis plusieurs mois, nous dénonçons un harcèlement policier sans précédent (50 gendarmes mobiles se relayant autour de mon domicile afin de l'observer 24/24, des cameras disposées autour de mon domicile en toute irrégularité). Ce procès ne saurait détourner l'attention de l’opinion publiques des véritables problèmes que nous connaissons dans la vallée, tout particulièrement l’atteinte grave et manifestement illégale qui est régulièrement portée au droit des exilés de présenter une demande d’asile, et qui a déjà valu la condamnation à cinq reprises du préfet par le Tribunal administratif.

    Le 22 octobre prochain, je plaiderai mon innocence face au préfet.

    Soyons nombreux à dénoncer ces atteintes graves aux droits fondamentaux.

    https://www.facebook.com/events/494699001008943/
    Merci à tous ! - Cédric Herrou - Président de DTC - Défends ta citoyenneté


  • Le 20 octobre à 17H00
    Conférence au château de Montfroc

     

     

     

    Chemins de Ronde et Denis Carvin
    Vous invitent à vous initier à la magie des contes.

     

     

     

    Aller à la découverte d’un conte, c’est découvrir les formes de l’intime qui y sont cachées et la façon dont chacun de nous les a incarnées dans son histoire personnelle. En chemin, nous aurons enrichi et transformé la vision que nous avons des 4 intimes : le couple, la famille, le lien aux autres et la quête personnelle.


    Et nous saurons un peu mieux pourquoi nos enfants sont si avides de contes ...

     

     

    La conférence du 20 octobre 2018

     

    • Les babouches d'Abou Kassem
      Ce qu'il se passe quand on refuse les leçons de la vie
      Qui peut nous délivrer de nous même ? Quand les choix que l'on a fait au fil de sa vie sont devenus les barreaux de notre propre prison.
      Quand la vie même s'efforce de se faire entendre et parle de plus en plus fort.

    La conférence est suivie d'un buffet dînatoire.
    Entrée : 10€
    Réservation : 06 52 55 45 14 ou 06 73 01 10 86
     

     

     

    Le 7 novembre à 19H30
    Les récits du Jabron
    renouvellent les veillées d'antan
    Chez Norbert Jouveau

     

    " Les récits du Jabron " font leurs veillées à l'auberge, à Curel, chaque 7 du mois.

    Nous avons décidé de renouveler les veillées d'antan, en les mettant à notre goût. La vallée se découvre au cours d'une soirée privée très spéciale.
    Pour y venir, il faut y être invité par un ou une des récits du Jabron.

    Tout un chacun a dans la tête un brin de "folie joyeuse", une complainte populaire, une blague, un grime, un air de guitare, un conte, un poème, quelque chose à raconter, une anecdote ludique, une histoire du passé ou du présent, etc...
    En tout cas, nous pouvons, tous, nous exprimer ou écouter,
    c'est le but des veillées proposées tous les 7 de chaque mois à l'auberge.
     
    Norbert Jouveau nous régale de son assiette chaude, pour la modique somme de 10 €.
    Le reste, c'est nous qui l'apportons et le mettons en partage : boissons, desserts, spécialités à découvrir. ...                                          
     
    Réservation : 06 52 55 45 14 ou 06 75 52 03 18
     
     

     

     




  •  

    Bonjour à toutes et tous, 

    Nous avons le plaisir de vous annoncer que la commune de Forcalquier organise une réunion de lancement d'un nouveau projet d'habitat participatif à Forcalquier dans le quartier des Chambarels

     lundi 15 octobre de 18h30 à 20h30 (salle Pierre Michel)

    Cette réunion permettra de présenter le terrain et les principales orientations (sociales, écologiques, intergénérationnelles et solidaires) de ce projet. Cet habitat participatif prévoit une cinquantaine de logements en locatif et en accession. Il se montera en partenariat avec la coopérative HLM Maison Familiale de Provence et sera accompagné par Regain.

    Cette réunion marque le point de départ pour la constitution d'un futur groupe d'habitants prêts à se lancer dans l'aventure!

    La réunion sera suivie d'un temps d'échanges.

    Nous sommes impatients de vous y rencontrer!

    Pierre et Charlotte de Regain

    PS: Au cas où vous ne seriez pas disponible à cette date, deux autres réunions d'information suivront en novembre et janvier prochain (dates à venir). N'hésitez pas à nous signaler votre intérêt pour y participer.

     

    -- 
    Charlotte Garcia 
    Chargée de mission  
    Regain 
    04.91.00.32.91 / 06.37.55.95.16
    www.regain-hg.org

  • infos pour le film du JEUDI 18 OCT à 18 H 30

     

     

    TOUT CE QU’IL ME RESTE DE LA REVOLUTION

     

    En présence de la réalisatrice & actrice Judith DAVIS

     

    France - 1 H 28 - Réal : Judith Davis - Int :  Judith DavisMalik ZidiClaire Dumas

     

    Angèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est… Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale...

     

    Le film démontre avec beaucoup d’humour à quel point il est difficile pour les citoyens engagés de parvenir à concilier leurs idéaux et convictions politiques avec la société de consommation et de performance.

     

    Certains s’obstinent, d’aucuns lâchent prise, quand d’autres se noient dans le système actuel et le paient cher.

     

    Une scène au cours d’un repas est d’ailleurs très marquante et donne au film un véritable tournant dramatique, abordant frontalement les effets psychologiques de la souffrance au travail, même sur les personnes les plus équilibrées.

     

    Le film aborde aussi l’intimité du personnage principal Angèle coincée entre ses idéaux personnels, ceux qu’elle a lourdement hérités de ses parents et sa propre compréhension de la dureté du monde. Il y a beaucoup d’énergie et de colère en elle, qu’elle ne parvient à canaliser qu’en contestant et en tentant de proposer d’autres solutions.  

     

    Beau film au ton décalé sur la transmission et l’hérédité, ainsi que sur la jolie complicité d’un père avec ses   filles,  «Tout ce qu’il me reste de la révolution » est une réussite. Le film, grâce à des dialogues percutants, fait prendre au spectateur un ascenseur émotionnel où se mêlent brillamment humour, amour et combat politique !

     

    Faisant preuve d'une énergie débordante, la réalisatrice tient aussi le rôle principal est si vous voulez notre avis, pendant le débat il ne va pas falloir trop l'embêter !!!  Un superbe premier film à ne pas rater.

     

     



  • Où ?
    Château-Arnoux-Saint-Auban (04 - Alpes-de-Haute-Provence - Provence-Alpes-Côte d'Azur)
    Quoi ?
    Le/la volontaire participera à la réalisation et à la diffusion de L'Écrié, média participatif local sous forme de journal papier et d'affiches collées dans l'espace public. Ce service civique sera pour le/la volontaire l'occasion de s'initier au journalisme, auprès d'une bénévole de la MJC qui est journaliste de presse écrite. Le/la volontaire passera la majeure partie de son temps à aller à la rencontre des habitants et à restituer leur parole par différents moyens. En complément des techniques du journalisme, des méthodes d'enquête développées par les associations d'éducation populaire pourront être utilisées : porteurs de paroles, débats mouvants... Voici une présentation de l'Ecrié : "L'écrié, un journal fabriqué pour vous et avec vous. Sa vocation : parler et faire parler d’ici, par le texte, l’image, le dessin, le collage, la vidéo… Des ateliers ouverts à tous, pour se rencontrer, échanger, construire et trouver l'info, rédiger et mettre en page des articles. Des articles publics, dans l'espace public, et à emporter chez soi. Un regard singulier sur Château-Arnoux-Saint-Auban."
    Quand ?
    À partir du 5 novembre 2018 (8 mois, 24 h/semaine)
    Quel domaine ?
    Mémoire et citoyenneté
    Combien de postes disponibles ?
    1
    Quel organisme ?
    Mjc saint-auban
    Le lieu de la mission est accessible aux personnes à mobilité réduite ?
    Oui
    La mission est accessible aux mineurs dès 16 ans ?
    Non



    --

    Maison des Jeunes et de la Culture de Chateau-Arnoux-Saint-AubanMaison des Associations - RN 96 BP 10 - 04600 Saint-Auban04.92.64.17.24www.mjccasa.sitew.com

  • Bonjour,

     


     

    Encore un petit rappel pour ne pas oublier     la journée du samedi 13 octobre à Puyricard !

     

                                                                salle des fêtes (10h-13h et 14h-19h)

     

    Le matin :

     

    - Si vous êtes adhérent.e.s ou si vous souhaitez nous rejoindre, sera l'occasion de rencontrer des membres du bureau national et d'échanger avec les membres de la région PACA de notre association. Plénières, échanges en petits groupes thématiques, pistes d'activités spécifiques locales pour un meilleur développement ...

     

    L'après-midi ouvert à tous et toutes

     

    - Avec une conférence-débat par Hassan Al Balawi, diplomate palestinien (francophone), qui nous parlera des dernières actualités et de la situation en Palestine et de la position de l'Europe.

     

    - Puis une projection suivie d'un échange avec la salle des instants numériques et poétiques (association marseillaise), qui participe à un festival d'art visuel en Palestine tous les 2 ans.

     

    La journée se clôturera par un apéritif offert par les AFPS régionales.

     

     

     

    Espérant vous y retrouver,

     

    Cordialement,

     

    Pour les AFPS de PACA

    Mireille Sève


  •  Si ce message ne s'affiche pas correctement : Cliquer ici

    Merci de partager ce message !
    Alternatiba 2018 :
    le temps de l'espoir et de l'action

    15 000 personnes ont participé à Alternatiba 2018 malgré une pluie battante et incessante.

    Près de 6 300 personnes ont assisté à ses conférences.

    Les deux jours marqués par l’arrivée du Tour Alternatiba, un gigantesque village des alternatives, des conférences et deux meetings pleins d'énergie et de détermination se sont conclus par :

    * La lecture par 2 adolescent.e.s de 16 ans, au nom des 1 150 bénévoles ayant organisé Alternatiba 2018, d'un Manifeste « Le temps de l'espoir et de l'action » 

    "Rassemblons-nous pour enclencher une véritable métamorphose sociale et écologique de nos territoires. (...) Tissons partout, dans chaque territoire, notre propre écosystème, capable de se défendre et de nous protéger face à des projets climaticides, extractivistes, consuméristes, face à un monde hors sol et délocalisé. Et en même temps construisons l’alternative, la justice sociale, la sobriété conviviale, les souverainetés alimentaires et énergétiques, la solidarité et le refus de toutes les exclusions ou discriminations..."

    * La lecture par Vincent Verzat d'un Appel unitaire à actions : « Il est encore temps, reprenons notre avenir en main » 
    "L’alerte rouge a sonné. Dès le 8 octobre, nous nous saisirons du rapport du GIEC pour pousser nos élu·e·s à transformer nos territoires et demander des comptes aux entreprises et aux banques. Puis le 13 octobre, nous descendrons à nouveau dans les rues, et rejoindrons les nombreuses marches pour le climat. Ici, nous nous rassemblerons et remettrons à nos dirigeant·e·s les principales conclusions du rapport du GIEC, et en profiterons pour faire entendre nos revendications - que nous leur remettrons et que nous écrirons à la craie sur les places où nous nous rassemblerons. (...) Là, nous nous mobiliserons pour empêcher tout nouveau projet qui nous entraîne vers un monde à +3°C, par des actions non-violentes et déterminées. Nous utiliserons alors le symbole de la main rouge pour incarner l’urgence climatique, et notre résolution à nous interposer face à tout ce qui continue de détruire les conditions de vie sur Terre."


    Un immense merci aux 1 150 bénévoles, et aux centaines d'intervenant.e.s, artistes, exposant.e.s toutes et tous également bénévoles de cette édition 2018 d'Alternatiba Bayonne. Nous continuons, plus motivé.e.s et déterminé.e.s que jamais, cette bataille décisive pour freiner le dérèglement du climat, pour préserver les conditions de vie de l'humanité, la biodiversité et la beauté du monde ! 

    Ensemble, enclenchons la métamorphose sociale et écologique de nos territoires, pour reprendre en main les conditions de nos vies !