•  

     


  • Chers membres et sympathisants de COPARHB,
    > Nous avons le plaisir de vous confirmer la soirée folk, avec musique, chants et danses, le samedi 6 octobre 2018 à partir de 19 H 30, Salle des Fêtes de Mévouillon (Entrée 8 €, buvette et petite restauration).
    > Tout le profit de cette soirée est destiné à la solidarité envers les réfugiés.
    > Merci de faire suivre cette invitation autour de vous!
    >
    > Elle figure déjà sur le blog de la Plateforme https://refugiescollectifsdromesud.wordpress.com/2018/09/18/soiree-folk-a-mevouillon-samedi-6-octobre-2018/
    >
    > Cordialement, Le Comité 
    > Si vous souhaitez nous donner un petit coup de main pour l'organisation de cette fête, merci de prendre contact au 04 75 28 51 77 (Annie et André Molinet)  

    Le COmité Pour l’Aide aux Réfugiés dans les Hautes-Baronnies (COPARHB) vous invite à une soirée festive

    Samedi 6 octobre 2018

    Salle des Fêtes de Mévouillon (26560)

    A partir de 19 H 30

    Le groupe folk Accord des Cœurs animera la soirée et nous invitera à danser ensemble sur sa musique et ses chants.

    Les profits de cette fête (Entrée 8 €, buvette et petite restauration) sont entièrement destinés à la solidarité envers les réfugiés.

    Retrouvez toutes les information sur

    Plateforme des
    Comités d'Accueil de Réfugiés en Drôme-Ardèche et Vaucluse


  • Sur la foire penser à la gratiféria,

    venez apporter ou prendre vêtement, jouets, livres, etc...qui ne demandent qu'à resservir ("recyclage direct")

    Vous pouvez aussi rester un moment sur le stand pour accueillir et discuter sur la nécessité de ne pas gaspiller et comment refaire un monde où la consommation n'est pas forcément le moteur...

                              ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

     

    La foire aux produits biologiques de Montfroc approche...

    ...elle se tiendra les 6 et 7 octobre.

    Comme chaque année, nous avons besoin de bénévoles

    Pour l'installation du site :

    Plusieurs personnes jeudi journée et vendredi matin. Lundi matin pour le démontage.

    Pendant le week-end :

    1 personne pour l'accueil et 2 personnes pour se relayer à la surveillance du site des jeux d'enfants.


    Pour une bonne organisation, contactez-moi au plus vite au 04 92 35 16 45

    Selon vos envies et possibilités, je vous donnerai l'heure et le lieu de RV. Un repas et des boissons seront offerts.


    Merci à vous de votre soutien !

     


  • Pour un paysan sans terre il est quasiment impossible d’acheter une ferme : Les terres cultivables sont très chères et il faut payer une taxe pour le transfert de propriété. Pourtant l’influente compagnie d’assurance Munich Re a pu acheter, en toute légalité, des hectares de terres cultivables sans payer un centime de taxe. Vous vous en doutez, Munich Re n’est pas une entreprise qui travaille pour l’agriculture durable: elle ne cherche qu’à faire des profits [1]. Ce n’est qu’un exemple qui montre à quel point les dés sont pipés contre les agriculteurs paysans.

    Aujourd’hui les droits de plus d’1,2 milliards de paysans et de leurs familles sont bafoués, voire piétinés – ils doivent endurer les expulsions de leurs terres, l’accaparement de ces dernières par les multinationales, et des conditions de travail très mauvaises. Une Déclaration des Nations Unies pourrait aider à garantir leurs droits et donnerait aux paysans un outil légal pour résister aux menaces et aux injustices auxquelles ils font face.

    Cette déclaration est sur le point d’être finalisée. Il ne reste plus qu’une dernière réunion à Genève cette semaine, puis l’Assemblée Générale des Nations Unies passera au vote. Le lobby des multinationales de l’agro-industrie fait tout ce qu’il peut pour diminuer la portée du texte de la Déclaration des Nations Unies qui est presque prête [2].

    A Genève, une délégation représentant des millions de paysans, de bergers et de pêcheurs des quatre coins du monde fait actuellement face à des agro-lobbyistes très entraînés et à des gouvernements encore indécis. Nous pouvons augmenter le pouvoir des paysans en faisant entendre nos voix ! Ensemble nous pouvons communiquer notre besoin vital de préserver une production alimentaire saine et durable.

    De nombreux gouvernements dans le monde soutiennent la Déclaration, mais si elle ne reçoit pas un soutien massif, le texte final pourrait être inefficace et inadéquat pour protéger les droits des paysans [3]. Si 100 000 d’entre nous signent la pétition, nous pouvons convaincre les gouvernements européens que leurs citoyens soutiennent les droits des paysans, et qu’ils doivent s’opposer à toutes les tentatives de l’agro-industrie pour changer la Déclaration.

    Des droits pour les paysans ! Signez ici !

    Cet été, la canicule et la sécheresse ont montré à quel point nous dépendons de l’agriculture durable. 70 % des aliments produits dans le monde proviennent de l’agriculture paysanne. Ce sont les gardiens de la biodiversité et ils font pousser des aliments durables et de qualité pour nous. Ils nous proposent des alternatives à l’agriculture industrielle de masse.

    Mais le financement public de l’agro-industrie, l’accaparement des terres et les accords commerciaux injustes menacent les moyens de subsistance des communautés rurales.

    Il faut protéger les paysans ! La Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Paysans est sur le point d’aboutir avec grand succès. Il y a une quinzaine d’années, des agriculteurs avaient rédigé, déjà, leur propre déclaration de droits – c’était une première. À l’époque, le gouvernement bolivien avait soumis cette initiative aux Nations Unies pour que ces droits soient garantis. Depuis, les paysans ont eu d'innombrables discussions avec les gouvernements de leurs pays, ils ont précisé leurs besoins, et ont fourni des preuves des violations de droits humains qu’ils subissent [4]. Ce travail peut aujourd’hui porter ses fruits, et vous pouvez y participer.

    Nous voulons contribuer à ce que cette longue histoire se solde enfin par un succès retentissant. Ensemble, nos voix montreront aux paysans qu’ils ne sont pas seuls et convaincront les gouvernements européens de soutenir la Déclaration auprès des Nations Unies.

    Des droits pour les paysans ! Signez ici !

    Avec espoir,

    Mika (Bordeaux) et toute l’équipe de WeMove.EU

    P.S. : La Déclaration des Nations Unies pourrait être un outil concret pour mettre fin aux violations de droits des communautés rurales : les paysans pourraient se prévaloir de leurs droits spécifiques, comme le droit à la terre, à un revenu décent et/ou à des graines. Mais nous ne pouvons pas laisser le lobby de l’agro-industrie diminuer la portée de la déclaration ! Signez la pétition !

    Références :

    [1] https://viacampesina.org/fr/nouvelle-publication-paysannes-paysans-luttent-justice/
    Etude à télécharger ici :
    https://viacampesina.org/fr/wp-content/uploads/sites/4/2017/08/Les-paysannes-et-paysans-luttent-pour-la-justice-FR.pdf
    [2] https://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/RuralAreas/Pages/5thSession.aspx
    [3] http://viacampesina.org/fr/nouvelle-avancee-positive-processus-vers-declaration-nations-unies-droits-paysan-ne-s/ et
    https://viacampesina.org/fr/mobilisons-nous-pour-une-declaration-des-nations-unies-le-moment-de-globaliser-nos-luttes-est-venu/
    [4] https://www.eurovia.org/crunch-time-for-the-un-declaration-globalizing-the-struggle-more-urgent-than-ever/

    WeMove.EU est un mouvement ouvert à toutes celles et ceux militant pour une meilleure Union européenne, attachée à la justice sociale et économique, à la gestion durable de l’environnement, et à l’implication des citoyens dans les processus démocratiques. Pour se désinscrire cliquez ici

    Suivez-nous sur Twitter | Suivez-nous sur Facebook | Suivez-nous sur Youtube

    WeMove Europe SCE mbH | Planufer 91 Berlin | www.wemove.eu | Politique de confidentialité


  •  

    Café Repaire de Chateau-arnoux

    en collaboration avec le journal l'âge de Faire :

     

    Mardi 2 octobre 2018 de 18 à 20h

     

    Vidéosurveillance, du bluff ?

     

    La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir de 2007.

     

    Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme.

     

    Pour le sociologue Laurent Mucchielli, cette promesse sécuritaire est un bluff.

    Il l'a expliqué dans un livre après avoir enquêté dans trois villes françaises.

    Le café repaire vous propose une rencontre avec :

     

    Laurent MUCCHIELLI

    directeur de recherche au CNRS.

    A bientôt !.

    Et n'hésitez pas à partager l'info …

     

    le café repaire est un espace de débat ouvert à toutes et tous.

    Pour cette réunion, un coin activités et détente pour les enfants sera mis en place

     

    La vidéosurveillance est un gaspillage de l’argent public »

    Publié le 05/03/2018 • Par Hervé Jouanneau • dans : A la une, A la Une prévention-sécurité, Actu experts prévention sécurité, France

    Mucchielli-Laurent © Claude ALMODOVAR/LA GAZETTE Dans un livre à paraître le 7 mars prochain, le sociologue Laurent Mucchielli relance la polémique sur la vidéosurveillance. S'appuyant sur une enquête de terrain, il dresse un bilan accablant de son efficacité et fustige le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique. Entretien.

    A quoi sert la vidéosurveillance ? Si certains élus prétendent y voir un outil de dissuasion, d’autres vantent ses vertus en termes d’élucidation judiciaire. En France, aujourd’hui, 3500 municipalités, de droite comme de gauche, en seraient équipées et se disent unanimement convaincues par son utilité dans la panoplie de lutte contre la délinquance, justifiant  au passage son poids conséquent dans leurs budgets.

    Et pourtant, depuis plus de vingt ans, le monde scientifique, par la voix de chercheurs français et étrangers, ne cesse de juger, chiffres à l’appui, l’impact très limité de la vidéosurveillance sur l’insécurité. C’est ce que rappelle le sociologue ­Laurent ­Mucchielli, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’université ­d’Aix-Marseille, dans un ouvrage sans concession à paraître le 7 mars, « Vous êtes filmés – enquête sur le bluff de la vidéo­surveillance » (éditions­ Armand ­Colin).

    S’appuyant sur une enquête de terrain, l’universitaire passe au crible les rouages politiques, économiques, sociaux et techniques de la vidéosurveillance pour « sortir des imaginaires et des discours » et produire une évaluation réelle, qui n’a jamais été établie à ce jour par les autorités. Dans cet entretien accordé à « La Gazette », il enfonce le clou et dresse un bilan particulièrement sévère de cet outil, insistant sur le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l’argent public et la démagogie politique.

    A quoi sert vraiment la vidéosurveillance ?

    Je constate tout d’abord qu’enregistrer des images utilisables ensuite par les policiers ou les gendarmes dans leurs enquêtes a une efficacité réelle mais très limitée. La présence d’images utiles n’est avérée que dans 1 à 3% du total des enquêtes réalisées dans l’année sur la commune. On peut penser que « c’est toujours ça de pris » mais aussi savoir que c’est très peu et s’interroger sur le rapport coût-avantage.

    Deuxièmement, chercher à sécuriser un lieu précis à l’aide de la vidéo (le parking d’une gare où ont lieu beaucoup de vols dans les voitures, ou bien un square où a lieu du deal de drogues) conduit bien à réduire le problème à cet endroit précis mais ne le fait pas disparaître, ça le déplace vers un autre endroit de la ville.

    Par ailleurs, employer des agents municipaux (policiers ou ASVP) pour regarder les écrans dans un Centre de supervision urbain (CSU) est à peu près inutile du point de vue de la lutte contre la délinquance. Cette « détection en direct » étant très faible, cela conduit à un détournement du système vers d’autres usages, le plus rentable étant la vidéoverbalisation. Une ville peut faire ce choix mais dans ce cas il faut dire la vérité à la population : les caméras ne la protègent pas des vols ou des agressions, elle accroissent la répression des infractions routières.

    Quatrième constat : la construction d’un CSU et l’emploi d’agents municipaux coûte cher et réduit les effectifs disponibles sur le terrain. Or, dans toutes les villes, les élus et les chefs de police disent regretter de ne pas pouvoir faire de la police de proximité faute d’effectifs. C’est une contradiction majeure.

    Enfin, dire que la vidéo aide à nous protéger du terrorisme est une sottise ou un mensonge. Dans tous les cas survenus ces dernières années, quand le terroriste a survécu on retrouve des images de lui après coup. Quand tout le monde est déjà mort. Cela ne sert donc à rien et c’est même au contraire utilisé par nos ennemis dans leur stratégies d’endoctrinement des jeunes.

    Vous n’hésitez pas à qualifier la vidéosurveillance de « gaspillage de l’argent public » ?

    Mon métier de fonctionnaire de la recherche me permet de parler sans langue de bois, devoir de réserve ni conflit d’intérêt. J’étudie un objet avec des méthodes scientifiques et je tire les ...

    Article réservé aux abonnés Gazette & Club prévention sécurité
    i

    Contenu réservé aux abonnés

    • Gazette des communes
    • Club prévention - sécurité

    Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club prévention sécurité

    PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

     


  • Bonjour,

    Vous trouverez ci-dessous la présentation des stands, des ateliers  et conférences de la journée de la transition  de

    Volonne, ce samedi 29 septembre.

    Venez découvrir et soutenir ces nombreuses initiatives citoyennes, petites clefs pour le changement indispensable de notre société.

    Merci de relayer ce message à vos associations, amis, voisins….famille.

     

    Les conférences :

    • 11h : Seve04 La roue, monnaie locale. Pourquoi ? Comment ? Avec Michel Ingrand.
    • 17h : Le CETA.  Qu’est-ce que c’est ? Quel impact sur nos vies quotidiennes ? Par Jean-Louis Odekerken d’Attac04.

    Les ateliers :

    • 10h30 et 11h30. Visites du chantier de l’Écoquartier. Avec Sandrine Cosserat, maire.
    • 11à12h. Mille et une saveurs par le Point Rencontres. Tests "à l’aveugle" portant sur 3 sens : le goût, l’odorat et le toucher. 
    • 14à16h. Entrainement à la régulation non violente des conflits. Guillaume Texier du MAN.
    • 14h. Lessive et éponges par Élise de Rés’Urgence.
    • 14h30 - 15h30. Conférence - Atelier - "Les 7 points qui sauvent de tout ... ou presque". Laurent Gros
    • 16h15 : Life Art Process - mouvement, dessin et écriture sont en interaction. Mayah Baty
    • 16h-Fabrication lessive par Cécile de Graines de Cultures.

    Parole aux exposants :

    Gratuiterie. Amenez ce que vous voulez ou rien. Repartez avec ce qui vous plait. Donner, accepter de recevoir…une autre façon de percevoir les biens. (Toujours des objets en bon état.)

    Pensez à apporter vos objets inutilisés.

     

    2nd cycle : Récupérer, retaper des vélos en créant des liens et de la convivialité. Redonner de la mobilité, de l’humanité…Une petite équipe qui ne demande qu’à vous embaucher…

     

    Gesper. Toilettes sèches :

    Des toilettes sèches à la maison c'est possible ? Ça ne sent pas mauvais ? Pourquoi s'équiper? GESPER répond à toutes vos questions sur son stand. Profitez-en pour découvrir les autres activités de l’association. www.gesper.eu  

     

    Graines de Cultures facilite la transition écologique : Elle utilise les échanges de savoirs et de pratiques en autoproduction vivrière, autonomie culinaire et domestique, éco-gestes, citoyenneté et sciences participatives.

    16 h : fabrication de votre lessive au savon de Marseille. Vous repartirez avec des astuces et adresses pour le réaliser à la maison. grainesdecultures04@gmail.com 

     

    Res’Urgence : Si la pollution de l’environnement, l’accumulation des déchets vous interpellent et que vous souhaitez agir, « La Res’urgence » est là pour vous !

    *Atelier de produit ménager et d'éponge Tawashi zéro déchet.

     

    AP2V : Promotion des Voies Vertes entre nos villes, village et encore plus loin…Enfourchez vos vélos, sautez dans vos baskets ! 

     

    Journal Demain en mains. Un outil en création pour vulgariser d’autres modes de vie. Répondre à l’urgence d’informer le très grand public de la nécessité de faire évoluer notre modèle économique. www.demain-en-mains.info 


     Nous voulons des coquelicots. Mouvement citoyen national de refus des pesticides de synthèse et de protection du Vivant. Actions à inventer localement. Venez en parler à notre stand.Appel à signer en ligne. https://nousvoulonsdescoquelicots.org

     


     Attac04. Fondée en 1998, Attac est une association d’éducation populaire tournée vers l’action qui milite pour la justice sociale et environnementale, et conteste le pouvoir pris par la finance sur les peuples et la nature. www.france.attac.org

     

    Energ’éthique 04 met en œuvre des réponses concrètes aux besoins énergétiques de notre territoire en intervenant sur la production d’énergie, la réduction des consommations et l’organisation de la solidarité énergétique. www.ener04.com 

     

    Terre de liens. Faire pousser des fermes, dire stop à la disparition de terres et à la spéculation. Ça vous dit ? Venez en discuter avec nous. www.terredeliens.org 

     

    Enercoop : Seul fournisseur d'électricité français qui soit 100% vraie énergie renouvelable (producteurs) et 100% coopératif. S’y fournir sans coupure sans délai.

    www.enercoop.fr 

     

    CCFD-Terre solidaire : ONG de lutte contre la faim. Actions internationales : paradis fiscaux, actions climat, etc. Actions avec des partenaires d’organisations locales : agriculture familiale, formations, etc. www.ccfd-terresolidaire.org 

     

    SEL des Mées : Échanger savoir-faire, biens et services, sans argent ! Convivialité en plus ! https://seldefrance.communityforge.net

     

    Le CRIC : Centre de Réparations , Interactif et Convivial. Garage Solidaire à VALBELLE (Vallée du Jabron)  https://lecricgaragesolidaire.wordpress.com

     

    Snoezelen : Dans le tumulte de nos activités quotidiennes, nous oublions souvent de faire une pause... Vous voyez ce moment de détente, de "rien" durant lequel nous pouvons profiter pleinement de... Quoi déjà ?  Venez découvrir Snoezelen !

     

    Seve04. La roue : Monnaie locale partie du Vaucluse, elle tourne tourne et la voilà chez nous depuis quelque temps déjà. https://laroue04.fr/

     

    La Cistude : association pour la protection de la Nature et pour la promotion d'un développement durable dans le Val de Durance. https://www.lacistude.fr 

     

    La L.P.O. : Ligue pour la Protection des Oiseaux. Association de protection de la biodiversité. www.lpo.fr

     

    Écohabitons 04 : Habitat participatif

     

    Pôle Bien-être : Venez découvrir la richesse des méthodes du Samadeva pour prendre soin de vous-même et des autres. Le Yoga de Samara : art traditionnel de la méditation en mouvement. Les techniques énergétiques : reprendre sa santé en main. Avec Laurent Gros : praticien de la relation d’aide, prof. de yoga et de méditation.

     

    Mur d'expression. Vos vœux, souhaits, envies. Votre contact.

    En mots ou en dessins

     

    Repas bio préparé par l'association Graines de Cultures. Prix libre.

    Buvette : avec Entre autres, les jus de Fruits d'Avenir

     

    Vous êtes attendu !

    Groupe transition citoyenne Bléone-Durance

    Tél. 06 51 70 99 04


  •  

     


    Bonjour,

    Petit rappel pour les personnes qui se sont inscrites à la formation "démocratie locale" avec Tristan Rechid, de Saillans :

    RDV le samedi 29 et le dimanche 30 à la salle Joie et Soleil, à Saint-Auban (près de l'aérodrome). Horaires : de 9h à 18h. Prévoir un casse-croûte. Participation libre pour payer la salle et défrayer l'intervenant (si possible autour de 30 euros par personne).

    Si vous ne vous êtes pas inscrits, ce n'est pas trop tard : il reste des places.

     

    Si vous n'êtes pas dispo tout le week-end, n'hésitez pas à nous rejoindre le samedi soir à 20h30 pour une soirée conviviale. Et faites circuler l'info !

     

     Le temps des gens : Saillans et la belle démocratie

     

    Soirée conviviale conférence concert : samedi 29 septembre à 20h30

     

    Prix libre – petite restauration

     

    Week end de formation samedi 29 et dimanche 30 de 9h à 18h

     

    renseignements au 0683534877

     


  • Soirée musiques et danses polonaises.

    Ambiance assurée, ça va danser !!!

    Venez nombreux pour cette reprise des animations au Papotin !

    *Soirée musiques et danses polonaises au Papotin.


  • A FAIRE CIRCULER DANS VOS RÉSEAUX - Merci

    Dix ans après la crise financière, nous ne voulons plus que les banques utilisent notre argent pour alimenter l'évasion fiscale et la spéculation ou financer des projets climaticides.

     

     Le samedi 15 septembre, reprenons le contrôle sur la finance et notre avenir

    Rendez-vous 10h à Manosque - Parking de Drouille (devant l’amphi)

    Qu’il s’agisse du climat ou de la finance, les grandes décisions découlent de l’action citoyenne. Ce que nous avons vu en 20 ans de négociations sur le climat menées par des gouvernements ou en dix ans de promesses de régulation de la finance ou de lutte contre l’évasion fiscale, n’est pas à la hauteur des enjeux.

    Les élites financières ont utilisé la crise pour instaurer des politiques d’austérité aux conséquences sociales dramatiques : chômage, problèmes de logement, de santé, coupes dans les services public. Des sommes colossales continuent d’alimenter des projets toxiques au lieu d’être mises à profit pour financer une transition socialement juste vers une économie faible en carbone.

    Avec l’escalade des impacts climatiques, désormais, nous n’avons plus le luxe de nous en remettre aux futures négociations bureaucratiques. Nous sommes à un point de bascule : nous ne pourrons pas éviter les pires scénarios de la crise climatique en cours, à moins que les émissions mondiales ne commencent à baisser avant 2020.

    Aujourd’hui, nous ne voulons plus que notre argent se retrouve dans une banque, un placement, une institution financière ou une collectivité dont les pratiques sont contraires à nos valeurs et qui mettent en péril notre avenir. Nous réclamons des emplois et des revenus décents pour les travailleur.euse.s, ainsi que justice et dignité pour les communautés qui sont en première ligne, durement touchées par les conséquences de l’industrie fossile et du dérèglement climatique.

    Nous invitons toutes celles et ceux qui partagent ce souhait à passer à l’action le septembre prochain. Cette semaine sera riche de la diversité des organisations, réseaux et mouvements qui s’y impliqueront. Chacun.e pourra y trouver sa place pour initier un vaste mouvement citoyen capable de prendre le contrôle sur la finance et reprendre en main notre avenir.

    NB : Si vous souhaitez que votre organisation apparaisse comme soutien à cette initiative d’Attac merci de nous le faire savoir par retour de mail. Merci.


  •  Si ce message ne s'affiche pas correctement : Cliquer ici - Mezu hau ez baldin bada ongi agertzen: hemen klika ezazu
    Is this email not displaying correctly? View it in your browser - Si este mensaje no se muestra correctamente: Haga clic aquí

    Francais / Euskara / Castellano / English

    Merci de partager ce message !

    Alternatiba 2018
    les 6 et 7 octobre à Bayonne


    Clémentine Autain, Geneviève Azam, Delphine Batho, Michel Berhocoirigoin, José Bové, Anne Bringaut, Damien Carême, Jean-François Caron, Christophe Cassou, Yves Cochet, Maxime Combes, Florent Compain, Arnaud Daguin, Benoit Hamon, Nicolas Haeringer, Yayo Herrero, Cédric Herrou, Pierre Larrouturou, Corine Lepage, Alix Mazounie, Corinne Morel Darleux, Charlotte Mijeon, Matthieu Orphelin, Jon Palais, Jeremie Pichon, Eric Piolle, Simon Roger, Thierry Salomon, Roland Sefarian, Germain Sarhy, Aurélie Trouvé, Marie Toussaint, Laetitia Vasseur seront quelques-unes des personnalités présentes à Alternatiba 2018 pour l’arrivée du Tour Alternatiba et le Village des alternatives à la crise sociale et écologique qui se tiendront à Bayonne les samedi 6 et dimanche 7 octobre.   Pour construire à partir d'aujourd'hui une société plus juste et plus humaine, plus soutenable et plus solidaire, qui empêche le basculement du climat : nous serons des dizaines de milliers à y être également.

    50 conférences et tables-rondes, 2 meetings, des formations, forums, assemblées, des concerts (HK & l'Empire de papier, Danakil, Glaukoma, Old School Funky Family, Zezenaren Taldea, Kalune...), des conférences gesticulées et du théâtre de rue, 300 stands et expositions, des ateliers, démonstrations et expérimentations concrètes, des défis engagements, 1000 bénévoles, des actions concrètes, une vélorution, un espace enfants, un marché paysan, une bourse aux vélos, des repas populaires dans les rues et les places, un camping à prix libre, et l'arrivée du Tour Alternatiba après 5 800 km et 4 mois de mobilisation permanente pour le climat et la transition !

    Pour en savoir plus :
    bizimugi.eu/alternatiba et alternatiba.eu


    1000 bénévoles, et toi ?

    1000 bénévoles pour organiser tout ça !

    Si tu veux en faire partie, inscris-toi ici

    Bienvenue parmi les porteurs d'alternatives et un grand merci par avance !


    Faites du bruit autour d'Alternatiba !

    Affiches, dépliants, dossier de presse sont à ta disposition, sur cette page pour démultiplier la diffusion de l'information autour de toi. Et n'hésite pas à faire circuler cette newsletter. A toi de jouer !

    Milesker mezu honen pasarazteaz!

    Alternatiba 2018

    urriaren 6 eta 7an Baionan

      Clémentine Autain, Geneviève Azam, Delphine Batho, Michel Berhocoirigoin, José Bové, Anne Bringaut, Damien Carême, Jean-François Caron, Christophe Cassou, Yves Cochet, Maxime Combes, Florent Compain, Arnaud Daguin, Benoit Hamon, Nicolas Haeringer, Yayo Herrero, Cédric Herrou, Pierre Larrouturou, Corine Lepage, Alix Mazounie, Corinne Morel Darleux, Charlotte Mijeon, Matthieu Orphelin, Jon Palais, Jeremie Pichon, Eric Piolle, Simon Roger, Thierry Salomon, Roland Sefarian, Germain Sarhy, Aurélie Trouvé, Marie Toussaint, Laetitia Vasseur izanen dira besteak beste Alternatiba 2018an parte hartuko duten pertsonalitateak, Baionan, larunbatean eta igandean, urriaren 6 eta 7an iraganen diren Alternatiba Itzuliaren heltzearentzat eta krisi sozial eta ekologikoaren saihesteko Alternatiben Herrixkarentzat. Gaurdanik klimaren uzkailketa saihesten duen jendarte zuzenago eta bihotzberago, jasangarriago eta solidarioago baten eraikitzeko, bertan hamarmilaka  izanen gira ere.

    50 hitzaldi eta mahai inguru, 2 mitin, formakuntzak, foroak, biltzarrak, kontzertuak (HK & l'Empire de papier, Danakil, Glaukoma, Old School Funky Family, Zezenaren Taldea, Kalune...), hitzaldi antzeztuak eta karrikako antzerkia, 300 erakusmahai eta erakusketa, tailerrak,  erakustaldi eta esperimentazio zehatzak, desafio engaiamenduak, 1000 laguntzaile, ekintza zehatzak, txirrindiraultza, haurren xokoa, laborantza herrikoieko merkatua, bizikleta merkatua, bazkari herrikoiak plaza eta karriketan, kanpaleku bat nahi/ahal duzun prezioan, eta Alternatiba Itzuliaren heltzea, 5 800 km eta 4 hilabeteko klima eta trantsizioaren aldeko etengabeko mobilizazioaren ondotik!

    Xehetasun gehiago :
    bizimugi.eu/alternatiba eta alternatiba.eu


    1000 laguntzaile, eta zu? 

    Hori guzia antolatzeko, 1000 laguntzaile! 

    Parte hartu nahi izanez geroz, klika hemen

    Ongi etorri alternatiba eramaileen artera eta aintzinetik milesker!


    Aipa Alternatiba zuen inguruan!

    Afitxak, esku orriak eta prentsa txostena hor dituzue denbora osoan gure web-gunean, bakotxak bere sareetan Alternatiba-ri buruz informazioa pasaraz dezan. Eta ez duda, segiaraz berri-paper hau! Zure aldi orain!

     

     



  • Le tract sur la formation

    *Liste citoyenne : pourquoi pas nous ?


  • Bonjour

    Comme vous le savez sans doute, l'ACIPA s'est dissoute

    Certains  anciens adhérents de l'ACIPA souhaitent créer une nouvelle association pour continuer la lutte

    Vous trouverez ci dessous une rapide présentation et  en PJ les status et le bulletin d'adhésion de cette nouvelle association

    Beatrix et Étienne seront ce weekend à NDDL et assisteront à la réunion du 16 septembre (cf ci-dessous)

    Parmi  vous existe-t-il des personnes qui seraient opposées à ce que le comité de soutien du BUECH adhère à cette nouvelle association? Si oui merci de me répondre vite

    Outre l'adhésion  éventuelle du comité il est possible d'adhérer individuellement (cf PJ): si parmi vous certains souhaitent adhérer à titre individuel  pouvez-vous me le dire en répondant à ce courrier?

    Beatrix et Étienne  me contactent par téléphone dimanche et selon vos réponses nous déciderons si le comité adhère ou pas

    Amicalement

    Richard

     



    -------- Message transféré --------
    Sujet : [Comites NDL] Nouvelle association NDDL: appel à nous rejoindre le 16 septembre
    Date : Sun, 9 Sep 2018 17:43:55 +0200 (CEST)
    De : nddl.gpii.comites <nddl.gpii.comites@orange.fr>
    Répondre à : comites.ndl@ml.free.fr
    Pour : comites.ndl@ml.free.fr, nddl-intercomites@lists.riseup.net


     

     

    A l'attention des comités de soutien:

     

    Nous, issus de l’ex conseil d’administration de l’ACIPA, avons le plaisir de vous annoncer la constitution de l'association « NDDL Poursuivre Ensemble » et vous invitons à une réunion générale qui se déroulera le dimanche 16 septembre 2018 à la salle Cassiopée de Notre Dame des Landes à 15 heures.

     

    Vous pourrez vous informer, adhérer et une large place sera laissée à l’expression de chacun.

    Nous envisagerons la création de commissions de travail sur des thèmes comme les transports, GPII, animations, etc, et bien sûr le soutien aux projets d’avenir de la ZAD.

     

    Si vous ne pouvez pas être présents mais désirez intégrer l’association, vous trouverez en pièce jointe un bulletin d’adhésion à envoyer avec votre règlement à l’ordre de NDDL Poursuivre Ensemble, par voie postale à l’adresse suivante :

     

    NDDL Poursuivre Ensemble

    Chez Mme Dominique Le Lay - La Basse Bretesche - 44130 NOTRE DAME DES LANDES

     

    En pièce jointe vous trouverez également les statuts de l’association.

     

    Dans l’attente de nous rencontrer le 16 septembre, bien cordialement,

     

    Le CA, le 9 septembre 2018


  • Bonjour

    Vous trouverez ci dessous un appel  à mobilisation sur la ZAD les 28 et 29  septembre

    Certains d'entre nous feront le voyage (et il y aurait 2 places pour le retour le 1er octobre)

    Nous prévoyons d'organiser une rencontre à la rentrée pour faire le point sur la situation à NDDL (...situation complexe)  après l'intervention militaro-policière, mais aussi pour déterminer ensemble comment pourrait évoluer le groupe local

    Richard 



    -------- Message transféré --------
    Sujet : [nddl-intercomites] A diffuser dans les comités - Terres communes - Mobilisation - ZAD - 29/30 septembre 2018 - Défendons le bocage et ses mondes
    Date : Tue, 07 Aug 2018 15:36:31 -0700
    De : exclaimthezad@riseup.net
    Répondre à : exclaimthezad@riseup.net
    Pour : nddl-intercomites@lists.riseup.net


    Bonjour, merci de relayer l'appel ci-dessous qui dessine un certain
    nombre des enjeux immédiats pour l'avenir de la zad et appelle à un
    grand week-end de mobilisation les 29 et 30 septembre. 
    A bientôt.
    
    Visuel, affiche et tract ici, avec les infos mises à jour :
    https://zad.nadir.org/spip.php?article6048
    
    TERRES COMMUNES - MOBILISATION - ZAD - 29/30 SEPTEMBRE 2018 
    
    DÉFENDONS LE BOCAGE ET SES MONDES !
    
    Dans un monde qui s’emmure, l’existence de la zad a ouvert des
    imaginaires aussi éclatants que tangibles. Depuis l’opération César en
    2012, elle a servi de point de référence et d’espoir à une foule de
    personnes qui jugeaient indispensable de construire ici et maintenant
    d’autres possibles. Après l’abandon de l’aéroport face à un mouvement
    aussi offensif que massif, le gouvernement a tout mis en œuvre pour se
    venger et mettre un point final à des années d’expérimentations
    collectives insolentes. Une série d’attaques militaires,
    administratives, politiques et judiciaires ont amputé une partie de la
    zad et fragilisé son assise, et ce malgré les formes de résistance qui
    se sont trouvées sur ces différents terrains. La signature, en juin,
    d’un lot de conventions sur les terres occupées a néanmoins marqué une
    forme de cessez-le-feu et le maintien d’un ensemble de lieux de vie et
    de projets.
    
    Pourtant, le statu quo actuel est précaire : la zad est toujours en
    lutte pour son avenir. Début octobre, un nouveau comité de pilotage va
    décider de la suite à donner aux conventions d’occupation. Il va
    formuler des orientations pour les années qui suivent face à ce qui
    s’est construit de singulier ici : le rapport aux communs, au soin du
    bocage, aux habitats, aux formes de production agricole et d’activités
    non-agricoles. C’est à ce moment que va être statuée la consolidation de
    l’emprise foncière des différents projets nés du mouvement ou sa remise
    en question. Ce qui se décidera dans des bureaux dépendra comme toujours
    de la présence d’un mouvement vibrant et actif à l’extérieur. C’est ce
    mouvement qui fera la réalité de ce qui continuera à se vivre sur le
    terrain face aux cadres institutionnels. Des dizaines de milliers de
    personnes se sont rassemblées régulièrement pendant des années sur la
    base d’un enjeu aussi clair que binaire : il y aurait ou pas un aéroport
    à Notre-Dame-des-Landes, la zad serait expulsée et le bocage détruit ou
    pas. Dorénavant, la menace persiste mais n’avance plus sous la forme
    d’un bloc de béton uniforme prêt à s’écraser brutalement sur nous. Le
    sens de la lutte se recompose et pourrait paraître offrir moins de
    prises directes._ _Cependant, tout autant que par le passé, le sort de
    ce précieux pan de bocage requiert la convergence de forces multiples.
    Aujourd’hui comme hier, ce qui va rester, se renforcer ou disparaître
    touche à des questions qui nous dépassent et qui infusent dans d’autres
    combats ailleurs dans le monde :
    
    LUTTE PAYSANNE ET ACCÈS COLLECTIF À LA TERRE – Dans les semaines qui
    précèdent le comité de pilotage, il nous faudra mener campagne pour
    assurer la stabilisation des conventions sous des formes moins précaires
    et faire en sorte qu’aucun des projets ne soit laissé de côté. Nous
    aurons à défendre à ce titre l’existence d’une paysannerie solidaire,
    protectrice du bocage et vivrière face aux critères et normes d’une
    agriculture gangrenée par le productivisme. Le maintien des activités
    agricoles mises en œuvre par celles et ceux qui ont protégé le bocage
    est toujours menacé à divers titres. Certaines parcelles - à
    Saint-Jean-du-Tertre ou à la Noë Verte par exemple - sont en effet
    aujourd’hui revendiquées par les agriculteurs ayant accepté de les céder
    pour le projet d’aéroport et de toucher des compensations financières
    tout en retrouvant des terres à l’extérieur. De manière générale, nous
    devons continuer à nous mobiliser pour que les terres préservées aillent
    à de nouvelles installations et non à l’agrandissement d’exploitations
    existantes.
    
    POUR UNE PRATIQUE DES COMMUNS 
    
    Parmi ce que l’histoire de la zad a offert de plus précieux, il y a le
    développement d’une pratique des communs et la possibilité de prise en
    charge collective d’un territoire par ses usagers réels sans subir de
    plans d’aménagement parachutés. C’est en ce sens que nous devrons
    sauvegarder cet automne l’usage actuel et partagé de la forêt de Rohanne
    et d’autres espaces boisés, leur enrichissement tout comme les activités
    liées au bois d’œuvre pour les projet de la zad. Face au modèle
    entrepreneurial individualiste et libéral imposé par le pouvoir, nous
    maintiendrons plus largement la construction d’entités collectives
    reliées aux assemblées de territoire : structures coopératives sur
    l’usage ou fonds facilitant l’accès commun à la terre...
    
    COMBAT POUR LES HABITATS 
    
    Alors que, de région en région, de nouvelles manières d’habiter se
    cherchent, les vagues d’expulsion du printemps ont écrasé une partie de
    la richesse unique du territoire de la zad en terme d’architecture
    autonome et expérimentale. Certains des habitats légers préservés
    pourraient être de nouveau menacés dans les mois à venir. Alors que le
    Plan Local d’Urbanisme lié à la zad est en cours d’élaboration, un autre
    des combats de la rentrée sera lié au maintien de la possibilité de
    bâtis inventifs et auto-construits.
    
    SOIN DU BOCAGE 
    
    Des années de vie dédiées aussi fortement à la défense d’une portion de
    terre humide ont décalé les regards et suscité une attention nouvelle au
    soin du monde et à ce qui relie quotidiennement les formes d’existences
    humaines et non-humaines. Elle a fait naître des manières de vivre et de
    cultiver qui ont la particularité rare de ne pas dégrader
    perpétuellement leur environnement. Cet automne, un diagnostic
    agro-environnemental va statuer sur les cadres de production préconisés
    officiellement sur ce territoire. Il nous faut veiller à ce que la
    sensibilité naturaliste résistante qui s’est épanouie ici ne se voit pas
    balayée par un retour à des formes d’agriculture classiques,
    incompatibles avec la préservation réelle de ce maillage bocager
    resserré, de ses haies, de ses tritons et de sa diversité.
    
    TERRES DE RÉSISTANCES 
    
    Ces terres ont été sauvées en devenant carrefour des luttes, elles
    doivent aussi continuer à en être un des greniers. C’est l’objectif dans
    lequel se développent entre autres le réseau de ravitaillement, les
    cantines présentes auprès des grévistes ou migrant.e.s dans le pays
    nantais, et des infrastructures d’accueil et de formation. C’est dans
    cet esprit que nous voulons aussi continuer à aller à la rencontre
    d’habitant.e.s de quartier populaires ou d’autres territoires en lutte
    contre des projets destructeurs .
    
    _C’EST SUR CES DIFFÉRENTS FRONTS QUE NOUS VOUS APPELONS À CONVERGER
    NOMBREUX-SES SUR LA ZAD LES SAMEDI 29 ET DIMANCHE 30 SEPTEMBRE._
    
    POUR TOUS CONTACTS : RECLAIMTHEZAD@RISEUP.NET
    
    Au programme :
    
    ## samedi 29 septembre
    
    - Marche et actions de soutien pour les nouvelles installations sur les
    terres de la zad, transhumance de brebis.
    
    - Fêtes des battages avec les récoltes de l’été, levée participative du
    hangar du Grand Troupeau Communal bovin, chantier bergerie, débats sur
    les luttes paysannes et l’accès collectif à la terre.
    
    - Mystérieux voyage dans la forêt de Rohanne, activité de bardage,
    discussions sur les communs et le maintien de la prise en charge de la
    forêt par ses usagers.
    
    - Chantiers et rencontres sur la défense des habitats auto-construits et
    alternatifs.
    
    - Banquet du réseau de ravitaillement des luttes et échange avec des
    salariés rencontrés lors des grèves de l’année passée.
    
    - Fête, concerts, cirque, spectacles...
    
    ## dimanche 30 septembre
    
    - Portes ouvertes sur plusieurs lieux de la zad : accueil et
    présentation des projets et installations.
    
    - Grande journée de randonnée dans le bocage avec le groupe des « 
    sentiers de Camille », balade avec Les Naturalistes en Lutte et le
    groupe forestier Abrakadabois.
    
    Defendons le Bocage & ses mondes !
    
    pour tous contacts : reclaimthezad@riseup.net
    
    des infos sur les sites : zad.nadir.org - zadibao.net